Autorité parentale : comment se faire obéir par son enfant ?

Autorité parentale : comment se faire obéir par son enfant ?

Se faire obéir est essentiel pour éduquer un enfant et avoir un foyer serein. Selon l’âge de l’enfant, se faire obéir pourra être difficile et il faudra adopter des méthodes disciplinaires diverses, adaptées à l’âge de l‘enfant.

Pourquoi se faire obéir ?

Se faire respecter est l’une des bases de l’éducation d’un enfant. Les parents ont pour rôle d’éduquer et de faire grandir les plus jeunes. Cela passe parfois par de l’autorité et de la discipline. Se faire obéir, c’est fixer des limites, établir des règles et les faire respecter. Parfois, cela signifie également mettre ses enfants en sécurité.

L’obéissance des enfants permet de leur faire comprendre la présence d’une hiérarchie dans la société. Cette hiérarchie, les enfants la retrouveront à l’école puis dans leur vie professionnelle ; c’est pourquoi leur inculquer une certaine discipline leur permettra à terme d’être épanouis et surtout de comprendre le monde qui les entoure.

Se faire obéir des tout-petits

L'obéissance est une habitude à prendre dès le plus jeune âge. Même chez les enfants en bas âge, elle peut être bénéfique. Il faut par exemple savoir dire non dès qu’un enfant se met en danger ou quand il touche à tout. Les tout-petits doivent comprendre qu’il y a des règles à respecter.

Les techniques pour se faire respecter des jeunes enfants sont nombreuses. Il faut être persévérant et savoir dire non lorsque l'on n'est pas d'accord. L’enfant doit comprendre que son action est interdite, et ce tous les jours ! Il ne faut pas crier mais se faire comprendre. Il est essentiel de se mettre à la hauteur de l’enfant pour lui parler et de capter son regard même si cela implique de lui tenir le visage.

Chez les plus jeunes, il ne faut pas uniquement punir. L’apprentissage des règles passe surtout par des explications. Il faut préciser à l’enfant qu’il se met en danger, qu’il abîme ou qu’il n’est pas en âge d’utiliser certains objets. En revanche, en cas de récidive, il faut hausser le ton et réprimander de manière mesurée et adaptée.

se faire respecter par un enfant

Se faire obéir des enfants

Se faire comprendre des enfants n’est pas toujours facile. A chaque âge, les bambins testent les limites des parents et des adultes qui les entourent. La fermeté est souvent de mise. Comme pour les plus jeunes, il faut expliquer les règles. Mais les enfants peuvent comprendre et en cas de non-respect, ils doivent être réprimandés. Une fois de plus, on rappelle que les punitions doivent être adaptées à l’âge de l’enfant et à la bêtise commise.

Il est possible de faire du chantage, à condition que celui-ci soit réalisable. Bien sûr si vous optez pour cette méthode, vous devez vous y tenir ! Dans le cas contraire, vous perdrez votre crédibilité et il sera très difficile à l’avenir de se faire obéir. Soyez malin ! Vous pouvez priver vos enfants de télé mais pas de dessert ou d’histoire le soir car ce sont des indispensables.

L'obéissance des adolescents

A l’adolescence, les relations deviennent plus complexes. Se faire respecter reste indispensable. Les parents doivent plus que jamais fixer des limites. Parallèlement, ils doivent accepter que l’enfant grandisse et soit autonome. Discuter avec l’ado est judicieux. Il faut s’expliquer et écouter, bref il faut qu’il y ait un échange.

Pour se faire obéir des adolescents , il faut parfois punir. Le choix de la punition est important. L’ado doit comprendre ses erreurs mais il ne doit pas se sentir humilié ou encore infantilisé.

Les erreurs à éviter

Pour exercer son autorité, il existe des règles à respecter. Il est en effet peu cohérent de demander à un enfant d’adopter telle ou telle attitude si les parents ne s’y prennent pas comme il faut. Par exemple, lorsque l’on vient de demander quelque chose à un enfant, il ne faut pas lui donner un autre ordre avant que la tâche précédente soit finie.

A la maison, les parents doivent être d’accord dans les règles et les éventuelles punitions. Lorsque l’un d’entre eux est en action auprès de l’enfant, l’autre doit le laisser faire ou le soutenir. En revanche, les parents ne doivent pas se contredire. Enfin il est impératif de ne pas se faire obéir en utilisant la force. Les punitions corporelles sont à bannir. Elles auront un impact négatif sur l’enfant et ne permettront pas à l’adulte de se faire obéir. Se faire obéir est indispensable à chaque âge de l’enfant. Les méthodes et les punitions évolueront mais l’autorité parentale devra rester cohérente pour être bénéfique.

   L'équipe PasseportSanté

Abonnez-vous !

Et recevez nos meilleurs conseils dans votre boîte mail pour prendre soin de votre santé !

*Votre adresse email sera utilisée par Digital Prisma Players pour vous envoyer votre newsletter contenant des offres commerciales personnalisées. Elle pourra également être transférée à certains de nos partenaires , sous forme pseudonymisée, si vous avez accepté dans notre bandeau cookies que vos données personnelles soient collectées via des traceurs et utilisées à des fins de publicité personnalisée. A tout moment, vous pourrez vous désinscrire en utilisant le lien de désabonnement intégré dans la newsletter et/ou refuser l’utilisation de traceurs via le lien « Préférences Cookies » figurant sur notre service. Pour en savoir plus et exercer vos droits , prenez connaissance de notre Charte de Confidentialité.

À lire aussi :

Le Suicide

Syndrome de Lima : tout savoir sur ce syndrome

Que signifie être aromantique ?

Que signifie être aromantique ?

Le flow : comment atteindre cet état psychologique optimal ?

Le flow : comment atteindre cet état psychologique optimal ?

Quelle est l'importance de l'honnêteté dans une relation

Quelle est l'importance de l'honnêteté dans une relation

Adulescents

Adulescents

Logo Les défis doré

Accueil » Blog » Communication » Comment se faire respecter ? 5 méthodes efficaces

Comment se faire respecter ? 5 méthodes efficaces

  • 30 décembre 2020
  • Communication

Comment se faire respecter ? La réponse est très simple : suivez dès maintenant ces 5 méthodes pour y arriver !

Comment se faire respecter sans crier ni élever la voix ? Sans avoir besoin d’utiliser la force ? C’est notamment un problème auquel tous les parents font face lorsqu’il est question d’être écoutés par leurs enfants !

Dans le monde actuel, le respect est un luxe auquel seuls les plus forts semblent avoir droit. Au point qu’il est possible de voir apparaître l’idée que, si vous n’en faites pas partie, la plupart des gens ne vous accorderont pas de valeur…

Alors, comment y remédier ? Et surtout, comment vous imposer dans un milieu où personne ne semble vous respecter ?

Retrouvez toutes les réponses dans cet article. Vous apprendrez ainsi à vous faire respecter par :

  • Votre entourage 
  • Tou(te)s vos collègues de travail 
  • Votre conjoint(e) 
  • Ou encore vos enfants !

Comment se faire respecter… par soi-même ?

  a quoi sert le respect de soi  .

Le respect est l’une des clés du bonheur. Gagner le respect des autres, c’est avoir le sentiment d’être valorisé(e). Des études ont pourtant montré que pour se faire respecter, il est important de se respecter soi-même.

Une personne qui ne se respecte pas va véhiculer l’idée qu’elle ne mérite pas le respect des autres. Le respect de soi se définit comme une manière de conserver l’ estime de so i . Il est donc réellement important pour améliorer son bien-être et pour se sentir bien dans sa peau.

Lorsque vous ne vous respectez pas, vous avez tendance à vous dénigrer et à vous sous-estimer. Cela va créer un certain complexe d’infériorité qui va vous empêcher de croire en vous et de vivre une vie meilleure. Vous penserez alors que vous ne méritez pas le respect des autres parce que vous êtes inférieur(e) à eux.

Comment se faire respecter ? La réponse est très simple : suivez dès maintenant ces 5 méthodes pour y arriver !

C omment faire pour se respecter soi-même : 4 clés indispensables 

Si vous ne vous respectez pas, cela va influencer la manière de penser des autres et les inciter à ne pas vous respecter en retour. Pour apprendre à vous respecter, vous allez devoir suivre les 4 clés suivantes…

# Se connaître

Se respecter, c’est respecter ses choix et suivre son cœur. Mais encore faut-il savoir faire la part des choses entre ce qui est vraiment important pour vous, et ce qui ne l’est pas. Pour cela, vous pouvez, par exemple, faire une introspection . Ce moment privilégié de rencontre avec vous-même vous permettra de connaître votre personnalité, vos valeurs et vos intérêts pour enfin vivre la vie qui vous ressemble.

Si vous souhaitez être accompagné(e) dans ce cheminement, n’hésitez pas à réserver votre place pour la formation-conférence en ligne offerte : « 8 étapes pour créer la vie qui vous ressemble » .

# S’accepter

Pour savoir comment se faire respecter, il faut aussi s’accepter tel(le) que l’on est. Autrement dit, vous allez devoir apprendre à accepter vos imperfections !

Le fait de reconnaître vos « défauts » vous aidera à les améliorer et à devenir une meilleure personne. Vous parviendrez également à faire la part des choses entre les points sur lesquels vous avez réellement besoin de travailler, et ceux qui ne sont en réalité que le résultat de fausses croyances!

# S’affirmer

L’ affirmation de soi est l’une des plus grandes preuves du respect de soi. En effet, votre désir et votre capacité à exposer vos idées montrent que vous n’avez pas peur d’être rejeté(e) pour ce que vous êtes.

Apprenez à dire non aux personnes autoritaires si vous ne consentez pas à leurs idées. C’est la meilleure manière de vous respecter, et donc de trouver comment se faire respecter par les autres !

S’aimer soi-même est nécessaire pour être épanoui(e) et pour se sentir bien dans sa peau. C’est une suite logique de l’ acceptation de soi , car pour vous aimer, vous devez d’abord vous accepter tel(le) que vous êtes. Quand on aime une personne, on la respecte, cela va de soi.

3 astuces pour savoir comment se faire respecter par votre entourage

  comment se faire respecter montrez le bon exemple.

Que ce soit au travail, à la maison ou dans la rue, il est important d’être un bon modèle pour gagner la confiance et le respect des autres. 

# Comportez-vous de manière correcte

Votre comportement influence énormément l’attitude des autres envers vous. Pour vous faire respecter, il est important que vous agissiez correctement envers les autres. L’idée est simple : ne faites pas aux autres ce que vous n’aimeriez pas qu’ils vous fassent. Après tout, c’est aussi ça vivre en étant aligné(e) avec soi-même. 

# Parlez correctement

Évitez les propos grossiers et insultants. Cela montre une image négative de vous, ce qui ne poussera pas les gens à vous respecter. Bien entendu, vous n’êtes pas obligé(e) de parler dans un style « vieille France ». Exprimez-vous simplement d’une manière respectueuse.

# Proposez votre aide

Les gens serviables méritent toujours le respect des autres. Si vous voulez que l’on vous respecte, vous devez agir de façon admirable. Aidez une personne âgée à porter ses affaires, envoyez des cartes cadeaux… Toutes ces manières d’apporter votre aide inciteront les gens à vous respecter.

  Respectez votre entourage

Le respect va dans les deux sens, sachez-le. Pour que les gens vous respectent, vous devez aussi les respecter.

  •   Évitez les insultes.
  •   Ne médisez pas : les ragots, les critiques et les commérages donnent une mauvaise image de vous. Vous ne gagnerez rien en disant du mal des autres.
  •   Respectez les avis de vos ami(e)s, collègues…
  •   Ne rabaissez jamais les autres : comme l’a dit  Van Thuyne : « Il ne faut jamais rabaisser son prochain, quand on n’est pas à la hauteur d’être soi-même. »

  Comment se faire respecter ? Fréquentez les bonnes personnes

Si vous traînez avec des personnes peu fréquentables, il va de soi que les gens ne vous accorderont pas de valeur. Pour être respecté(e) par votre entourage, choisissez bien les ami(e)s avec qui vous sortez.

Certain(e)s ami(e)s peuvent également vous manquer de respect, sous prétexte que vous venez du même milieu. Éloignez-vous de ces personnes toxiques . Après tout : « Mieux vaut être seul(e) que mal accompagné(e). »

Comment se faire respecter au travail ?

Tout comme dans le milieu scolaire, l’environnement professionnel est plein d’hostilité. Si vous ne savez pas comment vous comporter, vos collègues risquent de vous gâcher la vie.

Le respect des collègues favorise un sentiment de fierté, de bien-être et de satisfaction. A contrario , le non-respect provoque une frustration et une démotivation.

Tous les conseils pour vous faire respecter par votre entourage sont valables au travail, :

  •       Respectez-vous et évitez de vous dévaloriser devant vos collègues.
  •       Parlez de vos succès, mais n’en faites pas trop.
  •       Soignez votre apparence.
  •       Soyez bon(ne) dans ce que vous faites.
  •       Respectez vos engagements.
  •       Acceptez les critiques.
  •       Apprenez à dire non

Comment se faire respecter ? La réponse est très simple : suivez dès maintenant ces 5 méthodes pour y arriver !

Comment faire pour que votre conjoint(e) vous respecte ?

Dans un couple, le respect mutuel est vital pour bâtir une relation stable et solide. Vous devez non seulement respecter votre partenaire, mais il doit également vous respecter. Ces conseils sont valables aussi bien pour l’homme que pour la femme.

  •       Se faire respecter dans un couple

Ici encore, le respect de soi est très important. Si vous voulez que votre partenaire vous respecte, commencez par avoir une bonne estime de vous. Ne vous rabaissez jamais devant votre conjoint(e). Il(Elle) risque de chercher mieux ailleurs.

Dites également ce que vous pensez si vous voulez que votre partenaire vous respecte. Évitez cependant de parler sous l’effet d’un accès de colère . Cela offensera votre partenaire plus qu’autre chose.

  •       Respecter son(sa) conjoint(e)

La première erreur à éviter dans une relation de couple, c’est de considérer le respect comme acquis. Le respect se travaille et se mérite. Il implique l’intentionnalité, l’écoute, l’empathie, le soutien et la confiance.

Vous devez également respecter le choix de votre partenaire, ses passions, ses goûts, son opinion politique, ses croyances ainsi que ses idéaux. Ne l’obligez surtout pas à avoir les mêmes besoins que vous.

Respecter son(sa) conjoint(e), c’est aussi être fidèle. Effectivement, l’infidélité est un manque de respect envers son partenaire et c’est l’ennemi numéro un du couple.

Quelques conseils pour se faire respecter par les enfants

Pour les parents, il n’y a rien de plus frustrant que d’avoir l’impression que leurs enfants ne les respectent pas. Se faire respecter par sa progéniture peut, en effet, relever par moments d’un grand défi. Deux types de comportements peuvent alors émerger :

  • soit vous décidez de laisser passer et de vous “refermer” face à ce qui est en train de se passer ;
  • soit vous adoptez une posture ultra-autoritaire, à la limite de la crise de nerf. 

Dans les deux cas, vous risquez alors de faire fausse-route. En effet, pour adopter une parentalité positive , il est important que vous appreniez à faire la part des choses entre ces deux extrêmes pour trouver un équilibre. Pour cela, voici quelques conseils : 

# Comment se faire respecter par son enfant : apprendre à gérer ses émotions 

Il ne s’agit pas de refouler vos émotions mais, au contraire, d’apprendre à exprimer calmement ce que vous ressentez pour éviter que vos émotions ne vous débordent complètement ! 

# Soyez cohérent(e) dans tout ce que vous dites 

Si vous dites quelque chose, il est important que vous vous y teniez. 

Cela signifie par exemple que vous ne devez pas décompter à l’infini. Ce genre de menaces (“si à trois tu n’as pas rangé ta chambre!”…) vous décrédibilise plus qu’autre chose aux yeux de votre enfants. 

Dans le même temps, cela signifie que si vous lui indiquez un comportement à suivre, il est important que vous le suiviez également ! Après tout, il vous appartient de montrer l’exemple ! 

# Garder en tête que votre enfant… N’est qu’un enfant !

Parfois, il peut vous arriver de prendre les choses personnellement. Vous avez la sensation que votre enfant cherche à vous atteindre, qu’il a une grande capacité à vous pousser à bout… 

Ici, il est important de suivre l’accord toltèque suivant : “rien n’est personnel”. 

En effet, selon son âge, votre enfant n’a peut-être juste pas encore acquis la capacité de réguler ses émotions ou encore est en train de se débattre avec une crise identitaire ou des hormones en ébullition ! Apprenez donc à développer votre patience et votre écoute !

Au travail comme à la maison, il n’est pas toujours facile d’imposer son autorité. Pour se faire respecter dans la société, il est important de se respecter, mais aussi de respecter les autres. Il ne faut pas oublier que le respect marche dans les deux sens.

Et vous ? Avez-vous du mal à vous faire respecter par votre enfant ou par votre conjoint(e) ? Croyez-vous que l’âge est important pour se faire respecter ? Exprimez-vous en commentaire!

Conférence Gratuite

se faire respecter par un enfant

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Insta feed

Témoignages

Chloé

Articles récents

Booste ton Épanouissement au Travail grâce aux Neurosciences

Booste ton Épanouissement au Travail grâce aux Neurosciences

Gérer émotions travail

Comprendre et gérer ses émotions au travail

Créer écosystème

Comment se créer un ÉCOSYSTÈME pour réaliser ses RÊVES ?

les impacts du stress sur notre cerveau (3)

Les impacts du stress sur notre cerveau

Comment se connaître en profondeur grâce à l'ennéagramme par Fabien Delcourt ?

Se connaître en profondeur grâce à l’ennéagramme

Quelles sont les techniques testées pour des journées productives et sans friction ?

3 techniques testées pour des journées productives et sans friction

Newsletter de la méthode cap®.

Inscrivez-vous pour recevoir nos meilleurs messages pour créer la vie qui vous ressemble !

Zéro spam ! Consulte nos mentions légales et notre politique de confidentialité .

Mylène

TU AIMERAIS CRÉER LA VIE QUI TE RESSEMBLE ?

Découvre ma formation-conférence 

« Créez la vie qui vous ressemble Unique, Passionnante, Inspirante » 

  • Tu sens grandir en toi l’appel de ton coeur ?
  • Tu sens que le moment est venu de partir à ta rencontre ? 
  • Tu sais qu’il est temps d’entreprendre le plus beau voyage de ta vie ? 

Je lis avec plaisir vos articles mais j’ai été gênée par un passage de celui ci qui concerne le fait de « s’habiller convenablement ». Pour être respectée par les autres, il faudrait donc que je porte plutôt un tailleur dans lequel je vais me sentir engoncée et mal à l’aise plutôt que les vêtements dans lesquels je me sens confortable ? Je sais que c’est encore aujourd’hui la réalité de notre société du paraître mais doit on encourager ces diktats ou permettre à chacun d’exprimer son style et de se sentir bien dans sa peau ? Ce discours n’encourage pas à être soi même et à se libérer du regard des autres. Je voudrais que chacun, et en particulier les femmes car beaucoup de ces diktats les concernent, puissent être respectées en jogging, en mini jupe, pas maquillées, sans talons, sans soutien gorge…

En effet, Isabelle, chacun(e) est libre de s’habiller de la façon dont il ou elle l’entend. Le mot convenable pouvait prêter à confusion. Je te remercie de ton message. 🙂

Laisser un commentaire Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires​

Quelle est la place des émotions au travail ? Quels sont les ressentis les plus courants ? Quelles sont leurs

Je n’y arriverai jamais. Je me suis débattu tellement longtemps, à quoi bon continuer ? Le doute et la peur

Éditions les Filles Zen

par Mylène Muller

30 131 Pujaut, France

Les défis des filles zen

L'entreprise, informations.

@2024, Tous droits réservés

ZOOM COACH vendredi 20/10 à 12H : "se former au coaching de vie en 2023 : 3 pièges et 3 clés"

Nouveau voyage expansion du 17.03 au 03.04.

se faire respecter par un enfant

Savoir susciter le respect

  • Les crises d agressivité
  • Le pipi au lit
  • Mon enfant se balance
  • Retenir sa respiration
  • Mon enfant se cogne la tête
  • Mon enfant se ronge les ongles
  • Il fait le difficile pour manger
  • Mon enfant suce son pouce
  • Les enfants qui mordent
  • Mon enfant tire les cheveux
  • Mon enfant tape les autres
  • Mon enfant pince les autres
  • Les crises de colère
  • Mon enfant vole
  • Mon enfant est grossier
  • Le comportement à l ecole
  • Les troubles du comportement
  • Les problèmes d adaptation
  • Hyperactivité & Déficit d attention
  • Les troubles anxieux
  • Le trouble de la conduite
  • Le trouble dépressif majeur
  • Le stress post traumatique
  • Le mutisme sélectif
  • Savoir détourner l attention
  • Le renforcement positif
  • Confiscation & suprression de privilège
  • Mettre au coin
  • Les avertissements
  • Les intéractions sociales
  • Discipline & Punition
  • Les points positifs
  • La modification de comportement
  • La prise de décisions
  • La réussite scolaire
  • Coopération & Entraide
  • Le role des récompenses
  • Encourager les bons comportements
  • Communiquer avec les enfants
  • Susciter le respect
  • Les bonnes habitudes
  • Etablir des règles
  • Travail & Education des enfants
  • Canaliser les enfants
  • Passer du temps ensemble
  • Des problèmes de comportement ?
  • Identifier les problèmes ?
  • Arreter l allaitement?
  • Les crises de panique?
  • Un enfant qui vole?
  • Son comportement change?

Savoir susciter le respect et l'admiration de vos enfants

se faire respecter par un enfant

  • Accompagnement individuel
  • Qui est Maude ?

Mon enfant me manque de respect : Comment faire ?

Bienvenue sur Mère...Credi! Si tu es nouvelle ici, tu peux télécharger mon Guide pour comprendre le comportement de ton enfant et comment apprendre à accompagner ses émotions pour améliorer votre relation au quotidien ! Bonne visite et à bientôt !

Bienvenue de nouveau sur Mère...Credi! Comme tu es déjà venue sur le site, as tu eu l'occasion de recevoir mon guide ? C'est un e-book gratuit qui t'aide à comprendre le comportement de ton enfant en l'accompagnant dans ses émotions... Merci de ta fidélité et bonne visite !

Tu as le sentiment que ton enfant te manque de respect ?

Il ou elle lève les yeux au ciel lorsque tu lui parles ? Te parle mal ? Le ton employé est clairement inapproprié ?

Comment faire pour « apprendre » le respect à ton enfant ? (je ne suis clairement pas fan du mot « apprendre » le respect mais je n’ai pas trouvé d’expression plus parlante lors de l’écriture de l’article 😅)

C’est ce que je te propose de voir aujourd’hui !

Qu’est-ce que le respect ?

Selon le dictionnaire Le Robert, le respect est un sentiment de considération en raison de la valeur qu’on reconnaît à une personne.

Concrètement, tu as le sentiment que ton enfant te manque de respect quand son comportement avec toi te laisse entendre qu’il ne te reconnaît pas de valeur, d’estime.

Cela peut être par son comportement : Ton enfant qui hausse les yeux aux ciels quand tu lui parles et tente de lui faire passer un message.

Ou bien dans ces propos : l’utilisation de gros mots, d’injures, des expressions comme “tu me saoules”, “fiche-moi la paix”, etc.

Ce qui te heurte quand ton enfant te manque de respect

Finalement, ce qui nous heurte, en tant que parent lorsque notre enfant se comporte ou nous répond ainsi, c’est que cela vient nous blesser. Nous ressentons de fortes émotions désagréables, car notre besoin d’être respecté est bafoué, nos valeurs de respect, bienveillance sont piétinées.

Bref, notre enfant a dépassé nos limites.

Tu me vois venir avec mes gros sabots ?

Tout cela est encore une fois en lien direct avec les émotions .

Tu te souviens de l’épisode 1 du podcast “Comment utiliser les émotions pour comprendre le comportement de ton enfant” où je te présentais l’iceberg du comportement de ton enfant ?

Et bien c’est encore et toujours ça !

iceberg représentant le comportement visible et les émotions et besoins dans la partie invisible de l'iceberg

Le comportement c’est ta réaction au manque de respect de ton enfant. Ce qu’il se cache derrière, ce sont tes émotions : de la colère, de la tristesse, de la déception peut-être. Et ce qu’il y a à la base, ce sont tes besoins, tes valeurs heurtées :

Respect, Amour, Considération, Bienveillance de la part de ton enfant.

Ton enfant, en agissant ainsi, en te manquant de respect, a franchi tes limites.

trio de tes limites : émotions, valeur et besoins. Ce qui est dépassé quand on te manque de respect

Confusion entre Politesse et Respect

Il se peut aussi que tu confondes un manque de respect de ton enfant avec un manque de politesse.

Pour le coup, je fais vraiment ce distinguo dans cet épisode, car la  Politesse et le Respect sont 2 notions distinctes selon moi.

Contrairement au Respect, qui est lié à la valeur perçue de la personne , la Politesse est finalement une construction sociale :

Ce sont des règles, un code à respecter pour être admis dans le cercle, pour obtenir la validation d’une bonne éducation, l’assimilation des données du manuel des bonnes conduites.

Donc si ton enfant n’est pas poli, cela ne signifie pas pour autant qu’il manque de respect à une personne. Les 2 ne sont pas systématiquement liés. C’est possible mais ce n’est pas automatique !

Cela peut venir d’un apprentissage en cours de ce fameux manuel de bonne conduite. Et ne donne aucune information quant à la valeur que ton enfant perçoit de la personne devant lui. Il peut la respecter et pour autant refuser de lui dire bonjour par politesse…

Si tu veux aller plus loin, j’en ai également parlé dans un de mes articles concernant le consentement .

Maintenant que ce distinguo est fait, venons-en aux faits : quelles sont les causes du manque de respect de ton enfant ?

Comprendre les causes te permettra de pouvoir agir dessus et donc entrevoir la solution pour “apprendre” le respect à ton enfant (même si je mets de grosses réserves sur cette expression)

Pourquoi un enfant manque de respect : Les causes

Avec mes enfants, j’ai constaté 2 raisons pour lesquelles ils semblaient me manquer de respect.

Et je dis bien “semblaient”, car tu le verras, finalement, c’est aussi une question de distorsions cognitives (les fameuses dont je t’ai parlé dans l’épisode 4 du podcast “les 2 raisons pour lesquelles toi et ton enfant vous ne vous comprenez pas” .)

1ère cause de manque de Respect : La méconnaissance

Selon moi, la première raison est une question de méconnaissance de la portée des mots, des expressions que ton enfant s’approprie et répète.

L’exemple qui me vient en tête c’est ma fille, sur le chemin de l’école en plein hiver. Mon mari l’accompagne et dit machinalement, face au froid saisissant “on se gèle”…

Sur quoi, ma fille complète la phrase, d’une manière bien sonore devant les autres parents et ses camarades “les roubignoles”.

Gros moment de malaise et de gêne.

Mais finalement, elle n’a fait que répéter ce qu’elle a entendu dire. Et notamment par nous, dans un cadre familial…

On ne l’avait pas vu venir celle-là et pourtant elle était prévisible en y réfléchissant.

Petit aparté :

Tu vas me dire :

Mais Maude, c’est plutôt de la politesse non ?

Et effectivement, ce cas de figure est selon moi entre la politesse et le respect.

Politesse, car “roubignolle” est clairement un mot familier que la convention sociale bannit.

Mais respect, car il désigne une partie du corps humain et que c’est un terme dévalorisant pour toute personne à pénis !

Un manque de politesse n’est pas systématiquement un manque de respect . Mais dans mon exemple, effectivement, le manque de respect de ma fille envers la physionomie masculine peut aussi être un manque de politesse.

Ce petit point sur l’exemple fait, revenons-en au sujet :

En discutant avec elle, nous nous sommes aperçus qu’elle ne savait pas ce que cela signifiait, et donc ne pouvait pas savoir que cela était inapproprié et irrespectueux.

Elle ne mesurait absolument pas la portée de ces propos. Sa volonté n’était donc pas consciemment d’être irrespectueuse. Elle a juste répété une expression entendue, mais non comprise dans sa signification.

Il se peut donc que ton enfant te semble manquer de respect parce qu’il réutilise des mots, expressions entendues, où il a bien assimilé le contexte pour le dire, mais n’a pas connaissance de leur signification précise.

2ème cause de manque de Respect : Le mimétisme

Le 2ème cas de figure selon moi où ton enfant peut te sembler manquer de respect, c’est finalement lorsqu’il reproduit un comportement, des mots, un ton qu’il a vécu, entendu.

Tu le sais, je le répète souvent : les enfants n’écoutent pas ce qu’on leur dit, ils apprennent en nous voyant faire.

C’est valable pour les choses positives, les comportements et apprentissages que l’on souhaite encourager.

Mais c’est également valable pour tous les comportements et apprentissages dont tu aimerais bien te passer !

Passons à des exemples concrets :

Ton enfant te manque de respect, car te parle mal

L’exemple qui me vient en tête et que j’ai connu avec Chocapic c’est cette petite phrase :

“C’est pas tes oignons, laisse-moi tranquille”.

Le tout, tu imagines bien, avec le ton approprié.

Autant te dire que mon sang n’a fait qu’un tour.

Je lui ai répondu que je refusais que l’on me parle ainsi : que ce soit lui, ou quelqu’un d’autre. Que c’était irrespectueux et que je n’acceptais pas que l’on me parle ainsi.

S’il veut que je laisse tranquille et gérer son conflit en cours avec sa soeur, il peut me le formuler autrement.

Et là, il m’a donné une grande leçon. Qui je t’avoue, sur le coup a piqué sévère !

Il m’a répondu que je lui répondais la même chose quand je n’étais pas d’accord avec son père et que le ton montait entre nous. Que moi aussi je lui parlais ainsi.

  • Est-ce que mon exemple te parle ?
  • Est-ce que tu as en tête une situation similaire où tu as pu reprocher un manque de respect à ton enfant, alors que toi-même fais exactement la même chose ?

Si tu te mets 2 secondes dans les bottes de ton enfant (le fameux changement de regard), ça ressemble très fortement à un “2 poids, 2 mesures”, ce qui heurte très probablement la valeur et le besoin de justice et d’équité de ton enfant.

Et je le comprends parfaitement, étant moi-même très sensible à la notion de justice !

Alors, comment faire ?

Et bien, c’est simplement admettre la remise en question .

Admettre devant ton enfant qu’effectivement tu as pu, sans t’en rendre compte toi aussi, lui manquer de respect par le passé.

C’est la fameuse étape de reconnaître que tu es parfaitement imparfaite, la démonstration pour ton enfant que les erreurs sont possibles et sources d’amélioration ! (ce dont je te parle dans l’épisode 3 concernant les 3 idées reçues concernant la Parentalité Bienveillante )

S’excuser devant ton enfant n’est pas une démonstration de faiblesse. C’est même tout le contraire !

En plus de cela,tu lui apprends à faire de même !

Le mimétisme peut être la cause de son manque de respect, mais peut aussi en être la solution !

mime : source et solution du manque de respect

Si je reprends l’exemple avec mon fils, j’ai donc ouvert le dialogue avec lui, de comment il souhaiterait que je lui réponde dans ce cas de figure.

Tu le vois, je ne pars pas de SON manque de respect envers moi, mais du MIEN, envers lui.

Je reprends en exemple la situation qu’il a vécue et prise en modèle.

Dans mon cas, c’est ma réponse quand il me demande ce qu’il se passe quand il y a de la tension entre son père et moi, où je lui ai répondu quelque chose qui se rapproche de “c’est pas tes affaires, c’est pas tes oignons “ (oui, il faut croire que je ne suis plus bienveillante dans mes propos quand je suis sous le coup de mes émotions ! Car moi aussi je suis parfaitement imparfaite !)

Nous avons donc cherché une formulation qui lui convienne et qui me convienne s’il l’utilise aussi vers moi.

Nous sommes arrivés à la conclusion qu’un “C’est entre ma soeur et moi” ou “c’est entre ton père et moi” exprime clairement notre besoin que l’autre ne s’en mêle pas, tout en restant respectueux. Cette formulation permet d’exprimer un besoin d’une manière non agressive pour celui qui la reçoit.

Ma proposition, après la remise en question, est donc de discuter avec ton enfant pour chercher une formulation acceptable du besoin. Et cela, en partant, si possible, de la situation où ton enfant a vécu ce manque de respect. 

comment apprendre le respect à ton enfant

Ton enfant te manque de respect, car ne t’écoute pas quand tu lui parles

Autre cas de figure de manque de respect envers nous, les parents :

Quand il n’écoute pas nos explications (pour ne pas dire sermon ou leçon de morale), ou pire, lorsqu’il lève les yeux au ciel.

Là encore, le mimétisme !

Si ton enfant ne t’écoute pas lorsque tu lui parles, pose-toi ces quelques questions :

  • T’arrive-t-il de l’écouter d’une demi-oreille lorsqu’il te partage quelque chose ? (et là, grosse, grosse compassion si toi aussi tu es dans la période des “et, et, et puis, et là (…) sans fin)
  • T’arrive-t-il d’avoir des réflexes (donc parfaitement incontrôlés et parfois même inconscients) qui traduisent ta lassitude, exaspération, fatigue ? Comme, par exemple, lorsque tu souffles, fais une moue, lève les yeux au ciel… bref cet ensemble de signes qui traduisent le “et c’est reparti…”

Personnellement, oui cela m’arrive (même fréquemment). Et si tu es honnête avec toi, tu sais que cela t’arrive également…

L’indifférence de ton enfant peut donc être du mimétisme (après tout, lui aussi en a sans doute marre de nous entendre répéter les mêmes choses). Et cela peut aussi être en lien avec le fait que nous cherchons à donner des explications, des leçons de morale lorsque notre enfant n’est pas du tout réceptif !

Comme je te l’explique dans la Boussole des émotions (et ce que je t’apprends dans la formation pour mieux vivre les émotions ), notre réflexe de vouloir expliquer ou rappeler une règle pendant une “crise” ou juste après n’est pas du tout efficace. C’est même contre-productif, car ton enfant n’est physiologiquement pas disponible pour la recevoir. C’est bien après (parfois quelques heures, jours après !) que ton enfant sera ouvert et prêt à réellement entendre.

canard où l'eau glisse sur ses plumes sans le mouiller. Analogie avec tes explications que tu tentes de donner à ton enfant pendant une tempête émotionnelle

Donc, le fait que ton enfant ne t’écoute pas n’est pas un manque de respect. C’est souvent lié au fait qu’il n’est pas disposé, physiologiquement parlant, à écouter en surtout entendre ! 

Ma proposition, c’est alors plutôt de lui donner de l’autonomie : celle de pouvoir choisir quand il sera disposé à en discuter avec toi . Afin que vous puissiez tous les 2 grandir et avancer, que la situation ne soit pas une boucle sans fin.

Il m’arrive souvent, lorsque la situation explose avec un de mes enfants, de leur donner cette liberté. Quelques fois, la journée passe sans que nous revenions dessus. Je me permets alors de reproposer ma porte ouverte pour en parler, au moment du coucher, si tout le monde est calme. Je rappelle mon besoin : d’en reparler. Et je donne le choix à mon enfant de revenir quand il le souhaite. Très souvent, ce rappel suffit à déclencher l’envie de parler de mon enfant…

Ton enfant te manque de respect, car son ton est irrespectueux et provocant

Autre manque de respect très classique : Au-delà des mots choisis, c’est le ton qui est blessant et insultant.

Là encore, je t’invite à une petite remise en question :

T’arrive-t-il de parler à ton enfant avec un ton non approprié ?

Ce que je te propose, c’est de parler à ton enfant de ton besoin : 

“Je refuse que tu me parles sur ce ton.”

Et pose-lui la question qui pique :

“Est-ce que tu as le sentiment que je t’ai déjà parlé ainsi ?”

Je dis “question qui pique”, car il y a la probabilité qu’il ou elle te réponde par l’affirmative !

Si c’est le cas, tu peux reprendre le processus : Excuse et recherche d’une formulation acceptable pour lui et toi.

Si ce n’est pas le cas, qu’il te répond non, tu peux lui demander si quelqu’un lui a déjà parlé ainsi. Cela lui permettra peut-être d’évacuer une situation émotionnellement négative. De déposer une situation, un souvenir qui lui pèse. C’est cela aussi l’accueil des émotions.

enfant soulagé de déposer son bagage émotionnel quand une personne lui a manqué de respect

Tu pourras alors lui proposer d’en parler, pour l’accompagner à savoir comment réagir si quelqu’un se conduit ainsi avec lui. Tu pourras lui apprendre à exprimer son besoin : son refus qu’on lui parle d’une manière irrespectueuse, et proposition d’alternative acceptable.

Bref, dans tous les cas, c’est gagnant, car ton enfant apprend !

Conclusion : Le Respect est une relation bilatérale

S’il y a une chose à retenir de tout cela, c’est sans doute la prise de conscience que finalement le respect est une valeur bilatérale.

Il ne s’exige pas. Il s’obtient en le donnant.

le respect ne s'exige pas il s'obtient en le donnant

Le respect n’est pas dû. C’est quelque chose qui concerne les 2 parties d’une relation.

Comment “apprendre” le respect à ton enfant : Ma proposition

Comme je te l’ai partagé dans mes exemples et mon vécu, je distingue 3 étapes pour “apprendre” le respect à ton enfant :

rappel des 3 étapes pour apprendre le respect à ton enfant

  • Accepter la remise en question
  • Chercher la situation vécue par ton enfant : lui poser la question “as tu déjà vécu cela ? Me suis-je déjà comportée ainsi avec toi ? T’ai-je déjà parlé ainsi ? Ou ailleurs : famille, école, etc. Pour remonter la chaîne, comprendre l’origine.
  • Chercher la manière acceptable de formuler le besoin en partant de la situation vécue par ton enfant : Le compromis acceptable pour les 2 parties.

Distorsions et bénéfice du doute

Tu le comprends sans doute, mais ce qu’il se cache en filigrane de ces 3 étapes, c’est d’accepter le bénéfice du doute à ton enfant sur sa potentielle intention de manque de respect. Encore une fois, je le répète, ne sous-estime pas la puissance des distorsions cognitives qui te laissent penser que ton enfant te cherche sciemment, qu’il te provoque, cherche à te blesser… Si cela peut être le cas, creuse, va plus loin que son comportement. Rappelle-toi de chercher le besoin caché derrière. 

Si tu veux aller plus loin sur le sujet, tu peux continuer ta lecture avec l’article où je détaille le concept .

Le triangle du Respect

Pour terminer, j’aimerais te parler du concept du Triangle du Respect qui illustre, selon moi, parfaitement l’idée que le Respect est une valeur bilatérale et ne s’obtient qu’en le donnant.

C’est un concept tiré du livre de Florence Renaux “Grosses colères et petits drames : sortir des conflits grâce à l’autorité bienveillante” .

Selon elle, le respect est le point de rencontre entre 3 piliers :

  • Le respect de soi-même.
  • Le respect que j’ai pour l’autre.
  • Le respect que l’autre a pour moi.

triangle du respect indiquant ce qui compose chaque sommet

Florence Renaux va donc au-delà de ma vision bilatérale du respect. Elle ajoute la notion fondamentale que le respect commence également par soi-même !

Et oui, tout comme je te répète que la Bienveillance que tu désires pour ton enfant commence par toi, ici tu vois que le Respect que tu demandes à ton enfant commence également par toi (pour se prolonger ensuite par le respect envers ton enfant)

Les points à passer en revue pour chaque sommet du triangle du Respect

Ma proposition c’est donc que pour chaque pilier tu passes en revue les signaux d’alerte :

  • Les limites
  • Les émotions
  • Les besoins
  • Les valeurs

Je te propose de regarder un peu plus en détail chacun des piliers.

Pilier N°1 : Le Respect de soi “Je me respecte”

Tu l’as compris, le respect de ton enfant est conditionné par le Respect que tu te portes envers toi-même.

Cela signifie savoir écouter tes propres émotions, et besoins .

Mais également fixer tes propres limites .

Écouter tes émotions et besoins

Tu le sais, je t’en parle beaucoup et notamment à travers mon guide gratuit la Boussole des émotions.

Mon but est de t’apprendre à savoir accompagner les émotions de ton enfant . Mais finalement en apprenant à savoir le faire avec les tiennes !

Tu le sais, je suis une militante convaincue que le changement passe par toi . C’est pourquoi toute mon approche à travers le site et le podcast (et bientôt la formation!) utilise ta Parentalité pour t’amener à travailler sur toi, à ton développement personnel. Afin que cela se traduise, se répercute positivement chez ton enfant, dans votre relation.

Là encore, c’est la même chose.

Écoute tes émotions, tes besoins.

Se respecter, cela signifie écouter ses signaux internes.

Si tu te forces pour faire quelque chose avec ou pour ton enfant, le risque est grand d’un futur conflit parce que ta fatigue sera peut-être alors plus intense. Ou peut-être même, cela nourrira un sentiment d’ingratitude de ton enfant face à tes efforts ? Tu t’en souviens, c’est un point que j’ai développé dans l’épisode 7 du podcast .

Fixer tes limites

Finalement, te respecter toi, c’est savoir dire NON .

Car dire “OUI” pour faire plaisir alors que cela te coute est la garantie de le faire “payer” inconsciemment à l’autre, et dans ce cas, à ton enfant.

C’est avoir des limites claires.

Pose-toi ces questions :

  • As-tu envie de faire cela ?
  • Est-ce que tu as l’énergie pour cela ?
  • Est-ce qu’une solution compromis ne pourrait pas être trouvée qui puisse satisfaire tes besoins et ceux de ton enfant ?

En te posant ces questions, tu fais le point sur tes limites. Qui te permettront de te respecter TOI. Tes besoins, tes valeurs, tes émotions.

Le double bénéfice de se respecter soi

Se respecter soi avant tout a un double bénéfice :

Au revoir à la culpabilité

D’une part, cela est un premier pas pour dire adieu à ton sentiment de culpabilité.

Car en t’écoutant, tu es alignée entre ce que tu souhaites et la réalité : tes réactions, ton comportement avec ton enfant. Et donc, aucune raison de culpabiliser !

femme alignée dans la posture de l'arbre

C’est quelque chose que j’ai détaillé dans l’épisode 10 du podcast concernant la culpabilité maternelle . Si tu désires creuser la question, je te propose de l’écouter ou lire l’article associé.

Boost de confiance en soi

Le 2ème effet Kisscool de te respecter toi-même, c’est que c’est un boost de confiance en soi .

Te respecter nourrit l’estime que tu as de toi-même.

Comme je l’ai détaillé dans l’épisode 5 , l’Estime de soi est composée de 3 niveaux :

se faire respecter par un enfant

  • L’image de soi, 
  • L’amour de soi
  • La confiance en soi

Te respecter nourrit chacun de ces aspects.

Donc à la clé, tu nourris l’estime que tu as de toi-même… Une excellente raison (s’il en fallait une) pour te respecter toi-même !

Pilier N° 2 : Le Respect envers l’autre, ton enfant “Je te respecte”

Le second pilier du triangle du Respect concerne le fait de respecter toi, ton enfant.

C’est lui donner le respect que tu attends de sa part.

Réponse au mimétisme

Si tu m’as suivi jusqu’ici tu comprends facilement qu’il s’agit finalement de la suite logique du mimétisme.

Si tu désires que ton enfant te respecte, accepte les douloureuses remises en question et donne à ton enfant le respect que tu attends de lui.

Respecter ton enfant c’est accepter QUI il est

Respecter ton enfant, cela revient finalement à respecter les 4 signaux d’alerte que nous avons vus :

  • Quelles sont les limites de ton enfant
  • Quelles sont ses émotions, valeurs, besoins ?

En te posant ces questions, tu acceptes ton enfant tel qu’il est. Et non pas tel que tu aimerais qu’il soit. C’est-à-dire que tu sors des projections (désir de réussite là où l’on a échoué, lui donner ce que toi tu aurais aimé connaitre ou avoir enfant, etc.)

Et tu lui permets par la même occasion d’apprendre à se connaitre. C’est cela aussi accompagner son enfant selon moi.

Finalement, le Respect, c’est une éducation Bienveillante où il n’y a pas de punition (que ce soit des punitions blessantes, humiliantes, physiquement ou pour l’Ego), mais plutôt des conséquences qui impliquent la prise de responsabilité de ton enfant.

Et lorsque je parle de “responsabilités”, je l’entends autant positivement que négativement.

Pour être claire, c’est accepter que ton enfant grandisse pour certaines choses (responsabilité positive). Mais aussi que ton enfant endosse les conséquences de ses actes en optant pour la réparation (là, c’est le côté “négatif” de la responsabilité).

Si le sujet t’intéresse, j’en parle beaucoup plus en détail dans l’épisode 8 (décidément, cet article est à la croisée de beaucoup d’autres !)

Triple bénéfice de respecter ton enfant

Respecter ton enfant présente un triple bénéfice !

Boost de confiance en lui

Comme je te l’ai expliqué, le respect est en lien direct avec l’Estime de soi.

Respecter ton enfant, lui permettre de se faire respecter pour qui il est, est un donc un puissant boost de confiance en lui.

Renforce la confiance dans votre relation

L’autre avantage, c’est qu’en donnant du respect à ton enfant, cela nourrira automatiquement votre relation. Ton enfant te considérera alors comme un adulte de confiance, avec qui il se sent en pleine sécurité émotionnelle.

C’est donc un ingrédient essentiel pour nourrir le cercle vertueux de votre relation . Sa confiance en toi en sera renforcée.

Et puis, tu le sais, le respect appelle le respect. C’est un miroir.

le respect est un miroir : tu obtiens de ton enfant ce que tu lui donnes

Apprentissage de compétences relationnelles

Jamais 2 sans 3 : L’avantage supplémentaire que je vois au fait de respecter ton enfant, c’est que tu lui apprends, toujours par mimétisme, à développer ses compétences relationnelles . Cela lui servira d’exemple de savoir comment se comporter avec les autres : aujourd’hui avec sa famille, ses amis. Mais également demain, lorsqu’il sera adulte avec ses collègues, partenaires de vie… Un merveilleux cadeau pour lui et pour la société de demain !

Pilier N°3 : Le Respect de l’autre, de mon enfant, envers moi “Tu me respectes”

J’arrive enfin au dernier pilier.

La conséquence directe de tout ce que nous avons vu : Obtenir en retour le respect de ton enfant .

Si c’est le point crucial de cet épisode, pour le coup, je ne vais pas avoir besoin de beaucoup m’étendre.

L’épisode touche à sa fin, car ce pilier est simplement la conséquence logique de tout ce que nous avons vu en amont.

le respect de ton enfant est une conséquence pas un dû

Et tu le sais. Je le répète beaucoup sur le podcast. Je crois sincèrement que tu ne peux pas agir sur l’autre. Mais simplement sur toi-même pour voir le changement chez l’autre.

C’est d’ailleurs le fil rouge de mes accompagnements en ligne : https://www.merecredi.com/formations-parentalite-bienveillante/

Il n’y a donc rien à faire pour que ton enfant te respecte, si ce n’est te respecter toi et le respecter lui. Son respect n’en sera que le miroir…

Si vous souhaitez partager:

  • Cliquez pour partager sur Pinterest(ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Cliquer pour envoyer un lien par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

J’aime ça :

Conseils pour tenir tes résolutions de la nouvelle année, 3 clés pour vivre des fêtes de fin d’année sereines, apprendre à te connaitre grâce à la neuro-atypie de ton enfant, laisser un commentaire annuler la réponse..

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées .

Bonjour, Votre article est très intéressant, votre ligne graphique réussie et vos illustrations parlantes. En revanche, ce qui m’a le moins plu, c’est le message de bienvenue « Si tu es nouvelle ici… », qui est systématiquement au féminin, même si l’on revient sur la page. Je me suis senti blessé en tant que père, comme si la bienveillance envers nos enfants n’était accessible qu’aux mères… Je suis étonné de ce parti pris.

Belle journée,

Bonjour Jack et merci de ton commentaire… Je suis navrée que tu te sentes exclu par le simple fait d’écrire au féminin. Si tu le désires, je t’invite à écouter l’épisode 61 du podcast qui sortira samedi… J’y explique justement mon point de vue car tu n’es pas le seul à me faire cette remarque. J’espère que cela répondra à ton interrogation 🙂 Belle journée également ! Maude

se faire respecter par un enfant

Limiter les tempêtes émotionnelles,

Retrouver le Calme + rapidement ?

C'est ce que je t'apprends ici :

C'est ce que je t'apprends ici

se faire respecter par un enfant

Une formation facile à suivre grâce à un podcast privé

et un groupe privé pour me poser toutes tes questions !

NaturallyMom

Qu’est-ce que le respect ? Définition pour les enfants et 6 méthodes très efficaces pour l’enseigner.

se faire respecter par un enfant

Définition du respect pour les enfants | Comment enseigner le respect aux enfants | Foire aux questions

Table des matières

Le respect, c’est admirer ou regarder quelqu’un parce que cette personne a fait quelque chose d’extraordinaire ou possède des capacités impressionnantes. C’est aussi le fait d’accorder de l’attention ou de montrer de l’intérêt.

Vous êtes au restaurant. Une femme assise à la table voisine fait claquer ses doigts et crie sur le serveur,

« Hé, vous avez apporté le mauvais plat. Pourquoi tu n’écoutes pas ? Maintenant va me chercher le bon plat. MAINTENANT. »

Que pensez-vous de cette personne ?

Je ne sais pas pour vous, mais je pense qu’elle est très impolie et irrespectueuse. Pourquoi pense-t-elle qu’elle a le droit de lui parler comme ça ?

La plupart des gens que je connais ne feraient pas une telle chose aux autres, qu’il s’agisse de leurs amis ou de quelqu’un qu’ils ne connaissent pas. Cependant, certains d’entre eux se sentent tout à fait autorisés à parler à leurs enfants de cette façon. Une mère s’en prendrait à son fils,

« Hé, je t’ai dit de ne pas faire ça. Pourquoi n’écoutes-tu pas ? Va faire une pause. MAINTENANT. »

Vous voyez l’ironie dans ces deux exemples ? Pourquoi y a-t-il une si grande différence entre la façon dont nous traitons les autres et celle dont nous traitons nos enfants ?

Ainsi, la signification du respect est plus profonde que le simple fait de dire « Oui, Monsieur », « Oui, Madame » ou d’être docile.

Le sentiment de respect doit venir de l’intérieur et vous ne pouvez pas forcer quelqu’un à vous respecter.

Il est facile de se contenter de définir le respect pour les enfants. Mais pour expliquer le respect à un enfant, il ne suffit pas de lui en donner la définition.

Nous ne pouvons pas enseigner le respect en étant irrespectueux envers nos enfants. .

Une fille en colère crie - ce qu'est le respect pour les enfants

Comment apprendre le respect aux enfants

Voici 6 choses que vous pouvez faire pour que les enfants écoutent et respectent les parents.

1. Restez calme et ne réagissez pas de manière excessive lorsque vous pensez que votre enfant est irrespectueux.

L’autre jour, ma fille mangeait des biscuits et elle voulait aller dans ma chambre. Des miettes sortaient de sa bouche à chaque bouchée. Je lui ai dit de ne pas entrer dans ma chambre avec les biscuits. J’ai répété cette demande à chaque pas qu’elle faisait dans l’escalier de 14 marches. Je l’ai répété encore une fois quand elle était à ma porte. Elle l’a ignoré et est entrée dans ma chambre avec des biscuits dans les mains et des miettes sur mon plancher.

J’étais en colère. J’ai explosé et j’ai crié : « Tu n’as pas entendu que je t’ai demandé de ne pas entrer avec des biscuits ? ».

Elle m’a regardé, s’est retournée et a quitté ma chambre.

Alors quelle est la leçon ?

Crier et seulement crier marche avec les enfants qui n’écoutent pas, non ?

Elle ne m’a pas écouté parce qu’elle ne pouvait pas m’écouter. Je n’étais pas en face d’elle, je n’établissais pas de contact visuel et je ne m’assurais pas qu’elle prêtait attention à ce que je disais.

Au lieu de cela, je me suis assis à mon bureau et j’ai crié mes ordres, tandis qu’elle était complètement immergée dans la dégustation de délicieux biscuits. Tout ce qui restait de concentration était dépensé pour s’assurer qu’elle ne tombait pas dans les escaliers. Elle ne pouvait tout simplement pas faire attention à moi jusqu’à ce qu’elle entre dans la pièce et me voie.

Cependant, de mon point de vue, je pensais qu’elle entendait tout ce que je disais mais m’ignorait. Je pensais qu’elle faisait exprès de ne pas me respecter, moi et ma demande. J’étais donc en colère. Mes émotions ont pris le dessus. Au lieu de chercher à comprendre pourquoi elle a agi de la sorte, je lui ai crié dessus.

J’ai été irrespectueux envers elle.

Je lui criais dessus depuis une autre pièce sans me soucier d’interrompre ou non ce qu’elle faisait. Et quand elle ne répondait pas à mes attentes, j’agissais grossièrement envers elle. Je lui ai montré que je ne me souciais que de mes propres besoins. Je lui ai montré que lorsqu’on était frustré, on pouvait être impoli et irrespectueux.

C’était vraiment le mauvais message.

Je n’étais pas un bon modèle d’empathie, de respect et de maîtrise de soi.

Il est vrai qu’il y a souvent des situations où les enfants irrespectueux font vraiment des choses scandaleuses ou irrespectueuses, mais c’est peut-être parce qu’ils ne connaissent pas mieux à cet âge ou qu’ils ne comprennent pas le message. C’est là que nous, les parents, intervenons pour leur enseigner. Enseigner le respect aux enfants ne peut se faire en utilisant une méthode irrespectueuse.

Pour enseigner le respect, d’abord, nous devons rester calmes et garder le contrôle. Identifiez s’il s’agit d’une véritable situation de  » manque de respect « , d’un malentendu, d’une crise de colère d’un tout-petit dysrégulé ou simplement parce que l’enfant n’a pas appris la réponse appropriée dans une telle situation.

la fillette montre un biscuit avec un sourire est un exemple de l'enseignement du respect aux enfants et du fait d'être respectueux.

2. Identifier la cause du manque de respect et se concentrer sur l’enseignement de solutions alternatives pour résoudre les problèmes.

Lorsqu’on nous manque véritablement de respect, nous devons prêter attention aux circonstances au lieu de nous en prendre à l’enfant en lui disant : « Tu es irrespectueux ! ».

Demandez à votre enfant pourquoi il agit de cette façon.

Le week-end dernier, ma fille de presque 4 ans et demi a enfin franchi une étape importante. Elle m’a traitée de mauvaise mère. Elle ne m’avait jamais appelée ainsi auparavant, car nous ne l’avions jamais traitée de mauvaise fille. Elle n’a donc appris à le dire que lorsqu’elle a entendu ses amis le dire récemment.

Pour la plupart des parents, c’est une chose très irrespectueuse à dire pour un enfant. À juste titre, beaucoup d’entre eux sont contrariés ou en colère. Ils répondront : « Comment oses-tu ? Tu n’as pas le droit de me parler de cette façon. Je suis ta mère/ton père ! »

Ces parents sont bouleversés. On les traite de tous les noms et ils sont blessés.

Vous pouvez voir ces mots comme des signes que votre enfant ne vous respecte pas.

Mais quelle est l’intention de l’enfant quand il dit ça ?

Les enfants irrespectueux disent généralement ça parce qu’ils sont en colère. Quelqu’un, et c’est généralement vous, les a blessés. Alors, par instinct, ils veulent vous blesser en retour.

Ce n’est généralement pas malveillant parce que les enfants (et les adultes) ne peuvent pas penser correctement quand ils sont en colère. Par réflexe, elles veulent se défendre pour se protéger et, dans ce cas, elles utilisent des mots blessants pour le faire.

J’ai demandé à ma fille, « Pourquoi as-tu dit ça ? C’était parce que tu étais en colère ? » Elle a hoché la tête.

« Étais-tu en colère parce que je ne t’ai pas laissé manger plus de biscuits ? » Elle a encore hoché la tête. J’ai hoché la tête avec sympathie, aussi. Avec ma reconnaissance, je pouvais voir sa colère bouillonnante commencer à se dissiper.

« Eh bien, je comprends que tu sois en colère. Mais ça ne veut pas dire que je suis une mauvaise mère. Si les autres enfants sont en colère contre toi pour quelque chose que tu as fait, est-ce que ça fait de toi une mauvaise fille ? « . Elle a secoué la tête avec détermination.

« OK, alors tu n’es pas une mauvaise fille parce que d’autres personnes sont fâchées. Donc je ne suis pas une mauvaise mère parce que tu es en colère, n’est-ce pas ? » Elle a hoché lentement la tête comme si elle essayait d’absorber mes paroles.

À ce moment-là, j’ai abordé ses besoins. Elle était en colère parce que ses besoins n’étaient pas satisfaits. Je lui ai demandé de penser à d’autres moyens d’obtenir ce dont elle avait besoin au lieu de m’insulter. Je lui ai expliqué que le fait de blesser les autres de cette façon ne pouvait pas l’aider à réduire sa colère ou à résoudre son problème.

En nommant et en racontant les émotions de mon enfant, je l’ai aidé à comprendre d’où venait sa colère, je lui ai appris le vocabulaire pour décrire ses émotions et je lui ai donné des outils pour résoudre les problèmes. Je lui ai également montré qu’en cas de conflit, il est toujours possible de rester calme, de garder la tête froide et de répondre avec respect.

On peut être en désaccord sans être irrespectueux.

N’est-ce pas beaucoup mieux que de crier « Comment oses-tu ? », ce qui ne fait que répondre au besoin du parent de se sentir respecté ?

Consultez la rubrique Comment gérer un enfant en colère et irrespectueux pour plus d’idées sur la façon de gérer le manque de respect.

Apprentissage auto-motivé

3. Montrez comment être respectueux en respectant d’abord vos enfants.

Quelle meilleure façon d’enseigner un comportement que de montrer l’exemple du comportement que vous voulez enseigner ?

Montrez-leur comment respecter en les respectant. Je ne veux pas dire les appeler monsieur ou madame, ou s’incliner devant eux. Traitez simplement votre enfant comme un personne de la même manière que vous traitez les autres adultes.

Par exemple, respectez leurs préférences.

J’ai entendu un père crier sur son fils parce qu’il avait mangé l’intérieur d’une tarte avant la croûte parce que ce n’était pas la bonne façon de manger une tarte. Histoire vraie.

Il est ridicule de voir comment certains parents veulent avoir un contrôle total sur le comportement et les préférences de leurs enfants. La plupart d’entre nous ne sont pas aussi extrêmes mais nous faisons quand même quelques variations de la police des préférences. Mais si vous voulez que votre enfant vous respecte, commencez par respecter ses choix.

Chacun a ses propres préférences. J’ai beau vouloir que ma petite fille soit une mini-moi et aime exactement les mêmes choses que moi, elle ne l’est pas. Mon enfant a ses propres goûts. Si je n’aime pas ce qu’elle veut, j’explique mon raisonnement. Mais en fin de compte, elle doit apprendre à prendre des décisions pour elle-même. Tant que son choix ne représente pas un danger pour la sécurité ou la santé, qu’il n’est pas (trop) coûteux et qu’il ne fait pas de mal aux autres, je le respecte.

C’est pourquoi je la laisse faire ses propres choix dans des choses comme ses propres tenues. Elle finit souvent par aller à son école maternelle avec des chaussettes dépareillées, des pyjamas sous des robes, une chemise sous/par-dessus une robe, etc.

un enfant s'habille bizarrement, entouré d'autres enfants à l'école maternelle - conseils pour apprendre le respect aux enfants

Chaque personne a le droit de penser indépendamment et d’aimer des choses différentes. Cela devrait inclure les enfants.

Lorsque les différences des enfants sont acceptées, ils se sentent entendus et respectés. Ils voient directement comment traiter ceux qui ont des opinions différentes. Ils apprennent qu’ils doivent respecter les gens malgré leurs différences.

Lorsque l’adolescence arrive, cette compréhension et cette tolérance à l’égard des différences est le moyen d’amener votre adolescent à vous respecter. C’est à ce moment-là que tout ce que maman et papa disent leur paraîtra stupide. Vous voulez que votre adolescent sache comment tolérer les différences tout en vous respectant et en vous appréciant !

4. Utilisez une discipline douce et ferme pour enseigner et non pour punir.

Discipline signifie enseigner ou former. La discipline ne signifie pas punir. Elle ne doit pas nécessairement être punitive. En fait, des études ont montré que la discipline positive est beaucoup plus efficace et durable que les stratégies punitives.

Si nous imposons une discipline en utilisant un ton menaçant ou sévère lorsque nos enfants ont fait quelque chose de mal, nous leur montrons comment être cruel et dur envers ceux qui font des erreurs.

Qui ne fait pas d’erreurs ?

Imaginez que vous faites une erreur stupide au travail et que le patron vous parle de manière dégradante. Vous devez vous sentir vraiment mal, n’est-ce pas ? Est-ce que l’un d’entre nous aurait, dès lors, plus de respect pour ce patron ? Non, n’est-ce pas ?

C’est la même chose avec les enfants, Être dur ou utiliser des punitions ne nous fera pas gagner le respect. .

Mais la discipline positive n’est pas la même chose que d’être « doux » ou permissif. On peut être ferme et gentil à la fois lorsqu’on discipline. Fixer des limites fermes et s’y tenir sont les clés d’une discipline réussie.

5. Donnez du respect pour gagner le respect

Être parent est l’un des emplois les plus difficiles au monde. Les parents consacrent tant d’efforts, de temps et d’argent à s’occuper de leurs petits. Leur vie entière a changé et a commencé à tourner autour de leurs enfants dès leur naissance. Il est tout à fait naturel que nous attendions les enfants à respecter leurs parents.

Mais les petits enfants ne comprennent pas tout ça. Et pour être juste, ils ne nous ont pas demandé de faire tout ça ! Nous avons décidé nous-mêmes d’assumer ces responsabilités.

Nous avons décidé d’avoir des enfants. Les enfants n’ont pas décidé d’avoir des parents.

Si nous ne les respectons pas mais qu’en même temps nous attendons qu’ils nous respectent, c’est tout simplement hypocrite. Pensez à un fumeur invétéré qui dit à son enfant de ne pas fumer. Quelle efficacité cela a-t-il ?

Le respect ne peut pas être exigé. Il peut seulement être gagné. Alors, gagnez-le !

Comment gagner le respect ?…

Donnez à votre enfant de vraies raisons de vous respecter en étant un bon modèle.

Donnez l’exemple d’un bon comportement, par exemple en étant respectueux envers tout le monde, y compris nos enfants.

6. S’excuser quand on fait une erreur

Je ne dis pas que je ne suis jamais dure avec mon enfant. Comme je l’ai dit, il m’arrive de crier quand je suis à bout de nerfs. Donc je comprends. Je comprends les explosions occasionnelles dans le feu de l’action, surtout lorsque nous sommes épuisés à faire toutes sortes de choses d’adultes, comme travailler, faire le ménage, et quoi encore, être parent.

Malgré cela, je ne l’utiliserai jamais comme la façon par défaut de traiter mon enfant, et je ne justifierai pas non plus que cela soit acceptable ou nécessaire.

Quand je perdais le contrôle, je me donnais un temps mort pour me calmer. Ensuite, je lui expliquais pourquoi j’étais si énervée avant. Je lui ai appris qu’il était normal d’avoir des émotions, mais qu’il ne fallait pas crier. Je me suis sentie coupable et je lui ai demandé pardon.

Un adulte mature et respectueux accepte la responsabilité et s’excuse quand il fait des erreurs.

Présenter des excuses à votre enfant ne sape pas votre autorité en tant que parent. Au contraire, vous renforcez votre autorité et votre crédibilité. Vous faites preuve d’intégrité et vous établissez une relation de confiance avec votre enfant grâce à votre style parental.

Réflexions finales

Traiter les enfants de manière irrespectueuse ne fera que leur faire perdre leur respect pour nous (pensez à l’exemple du patron méchant ci-dessus). Si vous avez de la chance et que vos enfants ne sont pas du genre têtu, vous pouvez obtenir d’eux une conformité temporaire, qui peut ressembler à du respect.

Mais ça ne l’est pas.

Des années plus tard, lorsqu’ils auront grandi, vous vous demanderez peut-être pourquoi vos enfants adultes n’ont plus de respect pour vous. Ils ne l’ont probablement jamais eu. Ils n’étaient que dociles quand ils étaient enfants. Et vous avez bien modelé le manque de respect depuis leur enfance.

Il est vrai que je me suis parfois demandé si je ne devais pas choisir la solution de facilité pour m’épargner du temps et de la frustration après avoir répété des milliards de fois à ma fille de ne pas faire de dégâts. Mais chaque fois que j’étais tentée de prendre un tel raccourci, je me rappelais à quel point je détestais qu’on me traite ainsi dans mon enfance et que cela ne me vaudrait qu’un manque de respect.

« Qui a dit qu’être parent était facile ? » Avec cette pensée, j’ai pris une profonde inspiration, je me suis recomposée et j’ai expliqué pour la gazillionième fois pourquoi ce n’était pas correct pour elle de faire ça.

Ce n’est certainement pas facile de faire tout ce que j’ai énuméré.

Ce qui aide vraiment, c’est de comprendre pourquoi nous élevons nos enfants comme nous le faisons. Ce n’est qu’en faisant une introspection sur nous-mêmes que nous pouvons donner l’exemple de l’introspection à nos enfants. Notre enfance influe sur notre façon d’être parent, même si nous voulons le nier. Même ceux qui ont eu une enfance heureuse peuvent avoir des problèmes non résolus qui les empêchent d’être les meilleurs parents possibles.

Questions fréquemment posées (FAQ)

Les étapes pour apprendre le respect à un adolescent sont les mêmes que celles utilisées pour enseigner aux enfants, comme indiqué ci-dessus. Ce qui est bien avec les adolescents, c’est qu’ils peuvent comprendre et raisonner mieux que les petits enfants. Donc, si vous voyez un comportement irrespectueux, faites-le remarquer calmement et poliment, et demandez-lui de réessayer. Parfois, ils ne le remarquent pas parce que c’est ainsi qu’ils parlent à leurs amis. La difficulté d’enseigner aux adolescents est que le stade de l’adolescence peut les rendre plus sensibles au manque de respect. C’est ironique, n’est-ce pas ? Mais si vous parvenez à rester calme et respectueux lorsque vous interagissez avec votre adolescent, il finira par adopter votre comportement.

Les gens, y compris les enfants, respectent naturellement ceux qui méritent le respect. Mais même si quelqu’un ne le mérite pas, nous devons quand même être respectueux. C’est parce que notre comportement reflète ce que nous sommes. Ainsi, être un bon modèle de respect pour tout le monde, y compris pour l’enfant, est un bon moyen d’apprendre aux enfants à être respectueux des autres, y compris de leurs parents.

Je suis vraiment désolé si tes parents ne te respectent pas. Tout le monde mérite le respect, quel que soit son âge. Malheureusement, c’est un concept nouveau pour certains adultes. Mais je crois que, même si quelqu’un me manque de respect, je devrais quand même le respecter, pas nécessairement parce que je respecte cette personne, mais parce que mon comportement reflète le genre de personne que je suis. Je veux m’élever au-dessus de ceux qui me manquent de respect. Je ne peux pas dire que je réussis toujours, mais je m’efforce de le faire. Vous le pouvez aussi.

Comment enseigner le respect

Qu’est-ce qu’un TOC chez l’enfant ?

Les 10 meilleurs conseils pour être parent.

se faire respecter par un enfant

A voir également

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire *

Enregistrer mon nom, mon e-mail et mon site dans le navigateur pour mon prochain commentaire.

se faire respecter par un enfant

Cadre de mémoire à bobines DIY

se faire respecter par un enfant

Pourquoi j’ai remplacé mon revêtement de sol stratifié par du vinyle (spoiler – parce que c’est SUPER !)

se faire respecter par un enfant

Un rafraîchissement du jardin vert avec les clôtures Durapost Vento

se faire respecter par un enfant

Barres nettoyantes DIY Tower | Fall For DIY

se faire respecter par un enfant

3 façons d’utiliser une imprimante pour améliorer votre vie

se faire respecter par un enfant

L’importance de serrer son enfant dans ses bras

se faire respecter par un enfant

Qu’est-ce que l’éducation parentale autoritaire ? [With Examples]

se faire respecter par un enfant

Les 10 meilleurs livres scientifiques sur l’éducation des enfants de tous les temps

se faire respecter par un enfant

L’éducation positive – le guide définitif et 9 conseils essentiels

se faire respecter par un enfant

Crises de colère – Comment faire face aux terribles crises des tout-petits (7 étapes)

se faire respecter par un enfant

Étagère ondulée DIY avec Cricut

se faire respecter par un enfant

Tempérament de l’enfant et exemples – Bébé facile vs Bébé difficile

se faire respecter par un enfant

Pourquoi l’implication des parents est importante pour la réussite d’un enfant

se faire respecter par un enfant

Négligence émotionnelle dans l’enfance – 37 signes, effets et comment y remédier

se faire respecter par un enfant

7 conseils sur la façon de gérer un adolescent en colère

se faire respecter par un enfant

Période critique dans le développement du cerveau et l’apprentissage de l’enfant

se faire respecter par un enfant

Causes, signes et effets des parents surprotecteurs

se faire respecter par un enfant

La régulation des émotions chez l’enfant : un guide complet

se faire respecter par un enfant

Comment discipliner un adolescent qui a de mauvaises notes ?

se faire respecter par un enfant

  • Regards de psys
  • Prix Psychologies 2023
  • Actu des livres
  • Environnement
  • Loisirs et culture
  • Santé mentale
  • Sciences et santé
  • Tech et medias
  • Voir toute la rubrique
  • Moi et les autres
  • Problèmes psy
  • Se connaître
  • Crises / Divorce
  • Problèmes sexuels
  • Vie de couple
  • Bien manager
  • Bien-être au travail
  • Coaching Dietplus
  • Développement personnel
  • Exercices de coaching
  • Sophrologie
  • Toutes les thérapies
  • Vivre sa thérapie
  • Beauté naturelle
  • Image de soi
  • Divan de Stars
  • Ma vie numérique
  • Spiritualités
  • Psychologies
  • Autorité / Transmission
  • Articles et Dossiers

Éducation : pourquoi est-il si dur de se faire respecter ?

Éducation : pourquoi est-il si dur de se faire respecter ?

Avec les enfants, pas facile de pratiquer l’autorité sans autoritarisme. Comprendre les raisons de nos difficultés peut nous aider à mieux assumer notre rôle de parents.

Parce que… nous sommes renvoyés à notre propre enfance

« Je l’aime, bien sûr, mais souvent il m’exaspère… J’ai l’impression qu’il cherche à me pousser à bout ! » Myriam, à propos de son fils de 2 ans.

« Avoir un bébé, puis un enfant, c’est devenir responsable vingt-quatre heures sur vingt-quatre, et c’est d’abord cette hyperresponsabilité qui nous pèse, affirme la psychanalyste et psychologue clinicienne Lyliane Nemet-Pier. Elle est d’autant plus lourde à assumer qu’elle s’articule avec une aspiration à la liberté égoïste et à la jouissance immédiate. » Par ailleurs, cette responsabilité et l’autorité qui en découle sont plus ou moins bien assumées selon l’histoire de chaque parent, précise-t-elle en expliquant que ce qui nous « dévore » le plus, c’est moins l’enfant que notre propre histoire : « Par leurs cris, leurs rires ou leurs caprices, nos enfants nous interpellent sans cesse, à notre corps défendant, dans ce que nous n’avons pas réglé de notre propre passé. C’est pour cela, d’ailleurs, qu’ils sont à la fois passionnants et épuisants : ils nous obligent à nous mettre à nu et à régler nos comptes avec notre enfance. » Sans forcément se lancer dans une psychanalyse, prendre conscience de ce mécanisme de projection est fondamental pour assumer son rôle de parent avec moins de culpabilité. Sachons que, lorsque l’enfant nous « pousse à bout », c’est aussi pour tester la résistance du cadre qu’on lui propose et, ainsi, se sentir sécurisé.

Parce que… nous avons peur du conflit

« Chaque soir après l’école, on doit négocier pendant des heures pour qu’elle accepte de faire ses devoirs ! » Sophie et Pierre, à propos de leur fille de 11 ans.

« Aujourd’hui, les parents sont fréquemment dans un rapport de séduction avec leurs enfants parce qu’ils les ont, souvent, beaucoup désirés, dit Lyliane Nemet-Pier. De ce fait, ils ne supportent pas l’idée d’être en conflit avec eux. » Pourtant, si la violence verbale ou physique n’apporte rien de positif, le conflit, qui consiste à prendre une position ferme et à voir l’enfant s’y opposer, est utile. « Cela lui permet de trouver sa place, de s’affirmer dans son individualité, mais surtout d’apprendre à dire sa colère avec des mots, et non avec des gestes ou des cris », indique la psychanalyste. Le cadre éducatif doit lui permettre de canaliser ses pulsions, apprentissage primordial pour sa vie sociale. « Et puis le conflit est l’occasion pour le parent de rappeler qu’il est le capitaine du navire, renchérit Lyliane Nemet-Pier. L’enfant, y compris l’ado, a besoin qu’on lui redise qu’il est là pour profiter du paysage de son enfance depuis le pont, mais qu’il n’a pas à tenir le gouvernail. »

Pour aller plus loin

Parce que… nous avons de la violence en nous.

« Quand il commence à me répondre, ça me rend dingue ; il m’arrive de l’insulter, et je lutte pour ne pas le gifler… » Sébastien, à propos de son fils de 15 ans.

« Nos enfants ont le don de nous révéler à nous-mêmes dans ce que nous avons de mieux : notre patience, notre douceur… Mais aussi dans nos lignes de faille, notamment dans la violence que nous portons en nous », explique Lyliane Nemet-Pier. Avant qu’une personne nous pousse à bout, il faut qu’elle en fasse beaucoup, alors qu’avec notre enfant cela vient très vite. Pourquoi ? « C’est fonction de notre passé, de notre état de stress, mais aussi de notre “déception” inconsciente à l’égard de cet enfant tant désiré, qui, du coup, nous fait culpabiliser, nous met en colère contre nous-même », répond la psychanalyste. Tenter de nier cette violence qui nous habite, c’est risquer de la voir exploser. Si nécessaire, Lyliane Nemet-Pier conseille de mettre l’enfant dans sa chambre un moment pour laisser la pression chuter. Et, avant de « craquer », le parent peut décider de passer le relais à son conjoint. L’enfant comprend ainsi qu’il y a des limites à la violence et au conflit.

Parce que… nous connaissons des désaccords de couple

« Elle n’écoute que son père, plus laxiste parce que moins présent… » Stéphanie, à propos de sa fille de 13 ans.

Pour éviter de se faire manipuler par ses enfants et pour maintenir une cohérence éducative, la coach familiale Nathalie de Boisgrollier recommande de faire très régulièrement le point dans le couple sur ce que l’on veut et ce que l’on ne veut pas tolérer. Y compris dans les couples séparés, il est essentiel de continuer à décider ensemble des limites imposées. Cela peut susciter des désaccords, chaque parent n’ayant pas les mêmes niveaux d’exigence et de tolérance. D’où la nécessité de faire ce point loin des enfants, qui, sinon, sauraient profiter des failles pour imposer leurs règles. De même, poursuit la coach, « quand un parent fait une remarque ou punit, l’autre parent ne peut pas critiquer ou lever la punition, sans quoi l’autorité est discréditée et l’enfant en conclut que les règles sont fragiles. Mais dès que l’on se sent soutenu dans son rôle de parent, les limites à poser nous apparaissent plus évidentes ».

Parce que… nous sommes tentés de faire à leur place

« Je passe ma vie à ranger : leurs vêtements, la maison, leurs chambres… Et le pire, c’est qu’ils ont l’air de trouver ça normal ! » Élodie, à propos de ses filles de 10 et 8 ans et de son fils de 5 ans.

Nathalie de Boisgrollier constate que les parents aménagent souvent l’espace avec l’idée que les enfants ne doivent pas se blesser, mais oublient de penser à leur permettre de devenir autonomes, notamment en aidant à la vie de la maison : « Pourquoi s’énerver chaque jour avec leurs manteaux étalés dans l’entrée si la penderie ne leur est pas accessible ? Comment leur demander de ne pas marcher sur le tapis du salon si le meuble à chaussures n’est pas dans l’entrée ? En repensant l’espace pour l’adapter à la vie des enfants, on s’épargnera beaucoup d’agacements et les règles de rangement s’imposeront d’elles-mêmes. » Elle conseille aussi de délimiter un espace enfant qui n’est pas la chambre et où, contrairement au reste de la maison, le désordre est autorisé… dans une certaine limite, comme toujours : « On peut fixer un jour de la semaine où on le range tous ensemble. » Poser ainsi des frontières dans l’espace est une autre manière de faire entendre la notion de limites et de ne pas se faire physiquement déborder… En sachant, tout de même, qu’avant 5-6 ans les enfants ont besoin de jouer à portée de vue de leurs parents, pour se sentir sécurisés. Inutile, donc, de s’énerver si le plus petit débarque dans le salon avec quelques jouets !

Parce que… nous mettons la barre trop haut

« J’aimerais qu’ils apprennent à rendre service, mais, chaque fois, c’est une catastrophe ! » Paul, à propos de ses enfants de 7 et 4 ans.

« Dès l’âge de 3 ans, des enfants peuvent participer au rangement, mettre la table : ce n’est pas trop leur demander ! assure Nathalie de Boisgrollier. En revanche, il faut accepter que ce ne soit pas toujours bien fait. » Un enfant n’est pas un adulte en miniature ; il a ses gestes maladroits, son énergie, son envie de jouer sans se préoccuper de l’état de sa chemise ou du parquet… Nos relents d’autorité, sinon de colère, à l’égard de leurs « bêtises » viennent souvent de ce que nous oublions leur immaturité – il leur faudra du temps pour intégrer toutes les limites et avant d’agir « raisonnablement ». Et encore : ils agiront toujours à leur façon, qui ne sera jamais la nôtre ! Garder cette réalité à l’esprit aidera à mettre plus de souplesse et de respect dans nos exigences éducatives. Comme le préconise la coach, « plutôt que de lancer des phrases assassines, du genre “Tu fais n’importe quoi !”, “Tu es si maladroit !”, proposons à l’enfant de nous aider à trouver une solution pour réparer son erreur et qu’elle ne se répète pas. L’autorité n’autorise pas à juger ni à critiquer, mais à dire son désaccord : “Je n’aime pas quand tu cries”, “On ne court pas dans le salon”, “Tu as fait tomber la bougie, cela peut être dangereux”… » Il est impossible d’exiger de nos enfants le respect des autres et des règles si l’on ne commence pas par avoir, à leur égard, une attitude et des mots respectueux.

Ces sujets pourraient vous intéresser :

Concombre-cornichon : quelles différences ?

Concombre-cornichon : quelles différences ?

Issus d’un seul et même fruit, le concombre et le cornichon comportent toutefois quelques différences notables. Le premier est un des ingrédients incontournables des salades d’été. Quant au second, c’est le condiment préféré des Français et un indispensable des burgers ou des planches de bistrots. Découvrons l’histoire du fruit originel et comment différencier ses déclinaisons.

Le mochi, la pause douceur venue du Japon

Le mochi, la pause douceur venue du Japon

Une texture étonnante, une saveur subtile et peu sucrée, les “mochis” renouvellent notre idée du dessert.

3 recettes de desserts au thé réconfortants

3 recettes de desserts au thé réconfortants

L’automne est là, le besoin de réconfort aussi ! L’occasion idéale de tester une des recettes de dessert au thé d’Envouthé, créées et réalisées par Sophie François Mülhens, leur rédactrice culinaire. Laissez vos papilles s’enchanter, se promener dans les bois, s’émerveiller d’une touche d’art ou de magie !

Centre Maman

Comment enseigner le respect aux enfants (5 façons de le faire)

Le respect peut avoir différentes significations selon la personne à qui vous le demandez, mais la plupart d’entre nous peuvent convenir que c’est un concept important à enseigner à nos enfants. Nous voulons aider nos enfants à devenir des adultes respectueux, et nous voulons aussi que nos enfants sachent qu’ils doivent s’attendre à être eux-mêmes respectés.

Si vous vous demandez comment enseigner le respect aux enfants, nous vous donnerons un cours accéléré. Vous apprendrez ce que c’est, comment l’expliquer à votre enfant, pourquoi un enfant peut être irrespectueux et ce qu’il faut faire quand il l’est.

Qu’est-ce que le respect ?

Le respect n’est pas seulement une façon de penser aux autres ; il concerne aussi la façon dont nous traitons les autres – comment nous agissons à leur égard.

Le respect, c’est traiter les autres comme on aimerait être traité, et reconnaître les pensées et les opinions des autres. C’est aussi se comporter de manière polie, mais comment expliquer cela en des termes que nos enfants comprendront ?

Comment expliquer le respect aux enfants

Le respect est un concept complexe à appréhender pour un enfant, il vous faudra donc utiliser des mots et des exemples qu’il peut comprendre.

Commencez par dire que le respect peut être un sentiment – vous pouvez ressentir du respect pour une autre personne. Ensuite, vous pouvez dire que, lorsque vous ressentez du respect pour quelqu’un, vous voulez être poli et gentil envers cette personne. Enfin, dites-lui que, pour lui témoigner du respect, vous devez traiter les gens comme vous aimeriez être traité vous-même.

Vous pouvez ensuite expliquer que vos paroles et vos actes peuvent témoigner du respect ou du manque de respect. Expliquez à votre enfant que lorsqu’une personne n’est pas respectée, elle peut se sentir mal. Selon son âge, vous pouvez lui demander de réfléchir à une période où il a été maltraité et à la façon dont il s’est senti.

Cependant, le respect est un concept abstrait, et votre enfant peut avoir du mal à le comprendre vraiment. Dans ce cas, vous pouvez lui donner des exemples de respect simples et adaptés à son âge.

Vous pouvez dire à votre enfant que, lorsque vous montrez du respect à quelqu’un, vous :

  • Ne crie pas et ne parle pas fort à quelqu’un d’autre qui parle.
  • Écoutez le point de vue d’une autre personne.
  • Suivez les règles pour montrer que vous vous souciez de la personne qui les a fixées.

L’Académie américaine de pédiatrie a établi une liste de livres pour les enfants de tous âges afin d’aider les parents à enseigner la gentillesse et le respect (1) .

Pourquoi les enfants peuvent être irrespectueux

Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles votre enfant peut être irrespectueux. Parfois, il peut s’agir d’un accident, alors qu’à d’autres moments, il peut s’agir d’un acte délibéré.

Votre enfant se sent en colère ou accablé

Un pourcentage élevé de comportement et de langage irrespectueux apparaît lorsqu’un enfant est en colère ou accablé par d’autres émotions. Ses sentiments « repoussent » son comportement conscient, et il peut dire ou faire des choses dans le feu de l’action.

Ces cas sont généralement de courte durée et ne sont pas révélateurs d’un changement général de comportement.

Votre enfant ne pense pas

Parfois, votre enfant peut être distrait ou profondément absorbé par une activité particulière, et se comporter par inadvertance de manière irrespectueuse. Cela ne veut pas dire que votre enfant a l’intention d’être irrespectueux, ni qu’il a oublié les leçons positives que vous lui avez enseignées. Cela indique plutôt que votre enfant peut avoir des difficultés à diviser son attention.

Dans ces situations, je recommande aux parents de demander à l’enfant de cesser son activité, d’établir un contact visuel, puis de reprendre la communication.

Note de l’éditeur :

Dr. Leah Alexander, MD, FAAP

Parfois, pour être respectueux, il faut se concentrer. Plus votre enfant est jeune, plus il est probable que son manque de respect soit involontaire.

Votre enfant vous copie

Il arrive que votre enfant soit irrespectueux dans une situation donnée parce qu’il imite votre comportement. Si votre enfant fait preuve d’un manque de respect envers une personne, ou envers les pensées et les sentiments de quelqu’un, demandez-vous si vous faites la même chose (2) .

Cela est particulièrement vrai si vous avez tendance à parler à votre enfant lorsqu’il essaie de s’exprimer, ou si vous ignorez ses émotions sans lui accorder la moindre considération.

Votre enfant copie d’autres personnes

À mesure que nos enfants grandissent, le comportement de leurs pairs commence à influencer leur comportement. L’irrespect de votre enfant peut être le résultat du temps passé avec des amis dont les familles ont des normes différentes.

Cette possibilité n’est pas limitée aux amis. Parfois, votre enfant peut être influencé par des parents en visite qui ont une perception différente du respect. De nombreuses familles constatent que leur enfant se comporte de manière irrespectueuse envers les autres après avoir séjourné chez des parents plus âgés qui peuvent avoir des politiques différentes en matière de langage et de comportement.

Ces nouvelles influences dans leur vie pourraient ne pas être de vraies personnes non plus. Ils peuvent imiter le comportement négatif qu’ils voient dans un dessin animé ou dans leur émission de télévision préférée (3) .

Votre enfant est dans une nouvelle situation

Vous pouvez apprendre à votre enfant que tout le monde doit être traité avec respect, mais votre enfant peut oublier ces leçons lorsqu’il se trouve dans une nouvelle situation.

Votre enfant vit un changement important dans sa vie

Il n’est pas rare que les parents remarquent un changement général dans le comportement de leur enfant lorsqu’ils vivent un changement important. Votre enfant a peut-être commencé à fréquenter la crèche ou le jardin d’enfants, ou vous avez peut-être déménagé dans une nouvelle maison. Bien que vous puissiez considérer ces changements de vie comme quelque chose de positif, votre enfant a peut-être du mal à s’adapter.

De plus, un enfant qui vit un changement négatif dans sa vie, comme la perte d’un grand-parent ou d’un autre membre de la famille qu’il aime beaucoup, peut parfois manquer de respect (4) . Cela ne signifie pas qu’ils ont changé, mais plutôt que votre enfant lutte pour s’en sortir.

Comment enseigner le respect aux enfants

Enseigner à votre enfant des mots et des comportements respectueux nécessite une double approche : Vous devez expliquer le concept de respect et apprendre à votre enfant comment appliquer ce concept à ses paroles et à ses actes.

Donc, si vous avez expliqué ce qu’est le respect, n’attendez pas de votre enfant qu’il soit capable d’appliquer ce concept à des situations quotidiennes sans soutien ni orientation. Voici ce que vous pouvez faire pour le garder sur la bonne voie (5) .

Être un modèle

Lorsque vous enseignez un comportement, quel qu’il soit, le plus important est d’être un modèle pour votre enfant.

Une grande partie de la façon dont nous apprenons à nous comporter est inconsciente. Nous voyons les autres personnes se comporter d’une manière particulière et nous faisons de même. Si vous voulez des enfants respectueux, vous devez être un adulte respectueux (6) .

Définir des mots et des comportements respectueux

Expliquez à votre enfant quelles paroles et quels actes témoignent du respect et lesquels n’en témoignent pas. Toutefois, ne le submergez pas en lui donnant une liste de choses qu’il doit et ne doit pas dire et faire.

Enseignez-lui plutôt au fur et à mesure en corrigeant doucement le manque de respect et en lui proposant une alternative correcte.

Expliquez-lui comment se sent le respect

En utilisant un langage adapté à l’âge de votre enfant, expliquez-lui comment une personne se sent respectée et non respectée (7) . Ensuite, demandez à votre enfant comment il aimerait que les autres se sentent. Donnez-lui de nombreux exemples simples.

Montrez-leur comment

Plus votre enfant est jeune, plus il lui sera difficile de comprendre le respect comme un concept abstrait pouvant être appliqué à de multiples situations. Ainsi, au lieu de dire à votre enfant d’âge préscolaire d’être respectueux envers son professeur à la garderie, donnez-lui des exemples concrets.

Vous pouvez dire à votre enfant

Si votre professeur parle à un autre enfant et que vous souhaitez lui parler, attendez que l’autre personne ait terminé.

Ensuite, faites un suivi avec :

Si vous parlez et que quelqu’un d’autre s’approche et parle à votre place, comment vous sentiriez-vous ? Vous sentiriez-vous triste ? Être respectueux, c’est penser aux autres et agir comme vous aimeriez qu’ils agissent.

Posez-leur des questions

Si vous voyez quelqu’un agir de manière irrespectueuse, demandez à votre enfant s’il pense que cette personne a été respectueuse ou irrespectueuse. Ensuite, demandez à votre enfant comment il pense que l’autre personne s’est sentie et comment les choses auraient pu être traitées de manière plus respectueuse.

Discipline Manque de respect

Si votre enfant est irrespectueux, dites-lui que son comportement n’est pas correct. Expliquez-lui ce qu’il a fait et en quoi c’était irrespectueux. Discutez de ce que vous avez ressenti et de ce qu’ils ressentiraient si les rôles étaient inversés.

Selon la gravité de l’incident, vous pouvez donner un avertissement ou appliquer une sanction appropriée.

Apprenez-leur à s’attendre au respect

Il est également important d’apprendre à votre enfant qu’il doit s’attendre à être traité avec respect par les autres (8) .

On pourrait dire :

Je vous ai vu laisser votre ami avoir le jouet que vous vouliez tous les deux. C’était très gentil. Je sais que vous pensiez à ce qu’ils ressentaient. Qu’avez-vous ressenti lorsque vous leur avez donné le jouet ? Vous êtes-vous senti heureux de le faire ou triste, comme si vous deviez leur donner le jouet ? Je sais que nous vous demandons de respecter les sentiments des autres. C’est ce que vous faisiez, et c’est bien. Mais vous devez aussi penser à ce que vous ressentez. Si votre ami vous a rendu triste en vous obligeant à lui donner le jouet, il n’a pas été respectueux envers vous. Comment pourrait-on faire autrement la prochaine fois, pour que vous soyez tous les deux respectueux ?

Vous pouvez alors donner à votre enfant une solution alternative à appliquer à l’avenir. Vous pouvez dire :

Vous pouvez dire à votre ami : « Je sais que tu aimerais avoir un tour. Pour l’instant, c’est mon tour, et je te donnerai le jouet après ». De cette façon, vous respectez les sentiments de votre ami, et vous ne vous rendez pas triste.

Que faire lorsque votre enfant est irrespectueux

Lorsque votre enfant est irrespectueux, il est facile de réagir instinctivement, mais faites de votre mieux pour ne pas le faire. Les meilleurs résultats proviennent toujours d’une approche calme et mesurée et non d’une réaction instinctive (9) .

N’attendez pas que votre enfant soit irrespectueux pour décider comment réagir. Dans ces situations, les émotions sont souvent fortes, et ce n’est pas le meilleur moment pour formuler votre réponse. Regardez plutôt les conseils et astuces suivants maintenant, et vous pourrez mieux faire face au moment venu.

Ne le prenez pas personnellement

Lorsque votre enfant est irrespectueux, la première chose à retenir est de ne pas le prendre personnellement (10) . En étant irrespectueux, votre enfant ne réagit pas à vous en tant que personne, mais à la situation dans laquelle il se trouve.

Essayez de séparer les mots et les comportements de vous et de votre enfant. Cela vous permettra d’envisager la situation de manière plus objective.

Demandez-vous s’ils savent ce qui est approprié

Plus votre enfant est jeune, plus il aura de difficultés à appliquer un concept à toutes les situations. Si vous dites à votre enfant qu’il doit dire « s’il te plaît » et « merci » à grand-mère, il n’est peut-être pas assez mature émotionnellement pour appliquer cela à grand-père ou à d’autres membres de la famille.

Si c’est le cas, veillez à continuer d’enseigner et de modeler le comportement correct, et expliquez-lui qu’il peut l’appliquer dans de nombreuses situations.

Posez-vous la question : Quelle est la gravité de la situation ?

Si votre enfant fait un bref commentaire en passant que vous trouvez grossier, demandez-vous : « Est-ce que cela vaut la peine d’être corrigé et, si oui, comment puis-je le faire ?

Parfois, le manque de respect peut être involontaire et mineur. Dans ce cas, un simple commentaire sur le moment, ou une discussion à ce sujet plus tard, peut être la meilleure façon de répondre. Pour un comportement irrespectueux plus important, vous devrez peut-être retirer votre enfant de la situation, calmement, et y faire face immédiatement.

Envisagez un avertissement

Parfois, un avertissement peut être le meilleur moyen de faire face à un comportement irrespectueux. Un simple commentaire sur la manière dont vous pensez qu’ils sont irrespectueux peut suffire. Vous pouvez également dire que vous attendez d’eux qu’ils se comportent avec plus de respect pour les remettre sur la bonne voie.

Discipline, ne punissez pas

Dans un premier temps, au lieu d’appliquer des conséquences négatives aux paroles et aux actes irrespectueux de votre enfant, offrez-lui la possibilité d’obtenir des privilèges.

Il ne s’agit pas de payer votre enfant pour qu’il agisse bien. Mais au lieu de dire : « Si tu refuses de ranger tes jouets, nous n’irons pas au parc », présentez les choses différemment.

Essayez de dire : « Nous n’irons au parc que lorsque vous aurez rangé vos jouets ». Si vous attendez trop longtemps pour le faire, nous n’aurons pas le temps d’aller au parc ».

Cela peut sembler une petite distinction, mais en évitant une situation conflictuelle, vous donnerez l’exemple d’un comportement correct et respectueux. Et vous minimiserez la possibilité d’entrer dans une lutte de pouvoir.

Prévoir des conséquences

Si les mots ou le comportement sont significatifs, ou si vous avez donné un avertissement qui est ensuite ignoré, vous devrez peut-être démontrer à votre enfant que son action a une conséquence négative (11) .

Pour les enfants plus jeunes, il peut s’agir d’un temps mort ou d’une autre conséquence similaire, adaptée à leur âge. Pour les enfants plus âgés, elle doit être proportionnelle à leur transgression, à la fréquence à laquelle elle s’est produite et au fait qu’ils aient ou non tenu compte des avertissements.

Il peut être approprié de dire à votre enfant qu’il ne peut plus sortir pour jouer, ou à votre enfant plus âgé qu’il est puni.

Soyez cohérent

Comme dans tous les domaines de l’éducation des enfants, essayez de rester cohérent dans vos attentes, vos règles et les conséquences potentielles d’un comportement irrespectueux.

En utilisant ces conseils et astuces, vous pouvez aider votre enfant à être plus respectueux, à éviter les confrontations inutiles et à rester calme face à l’adversité.

Soyez respectueux

Enseigner le respect à vos enfants, c’est leur donner un modèle, leur expliquer vos attentes, être cohérent et les suivre avec des conséquences justes et mesurées.

Cela peut sembler difficile parfois, mais une fois les bases jetées, cela devient beaucoup plus facile.

Article Similaire:

Menu

Comment se faire respecter par ses enfants

se faire respecter par un enfant

Comment obtenir le respect de vos enfants

Chaque parent est un modèle pour ses enfants . Avec son exemple, il montre comment se comporter et comment effectuer de nombreuses petites actions quotidiennes. Le parent apprend à parler, à manger, à marcher et cela contribue dans la première phase de croissance à l'établissement d'un lien très fort avec l'enfant.

Les baisers, les câlins, l'effort pour se séparer de la mère sont quelques-uns des nombreux signes qui montrent ce que c'est le soutien qu'il reçoit de ses parents est important pour l'enfant. Lorsque l'âge des règles commence, le besoin d'avoir apparaît dans leur relation des premiers affrontements entre parents et enfants respect de l'adulte . Elle part de la nécessité de faire respecter les règles qui s'établissent dans le foyer et vient avec l'éducation des enfants pour exiger le respect de sa figure parentale.

Quand un enfant est irrespectueux

  • Les enfants qui n'écoutent pas leurs parents , qui mentent, qui cachent une action menée en désobéissant aux règles, mais aussi la demande d'un achat que la famille ne peut se permettre sont des épisodes d'irrespect.
  • Laisser les vêtements sales dans la chambre attendre que quelqu'un d'autre fasse le ménage pour l'énième beaucoup d'irrespect.
  • N'acceptez pas que les parents soient trop fatigués après le travail se livrer au dernier caprice de la journée est un manque de respect.

Il pourrait y avoir de nombreux exemples dans lesquels l'attitude d'un enfant s'avère irrespectueuse envers ses parents. Le respect, cependant, ne doit pas apparaître dans les discours à la maison uniquement lorsqu'il fait défaut. Le respect doit être enseigné et dans cette perspective il y a au moins 3 actions qu'un parent peut constamment effectuer.

  • Parler de soi et de ses efforts.  Personne ne veut la compassion des enfants, mais expliquer l'effort qu'il faut pour ramener un salaire à la maison ou pour s'occuper des tâches ménagères est la première étape pour expliquer à nos enfants ce que nous faisons pour eux, ce qui mérite le respect. On peut raconter notre journée, sans exagérer nos efforts, et parler plus souvent d'histoires de famille : par exemple comment on a trouvé la maison, les nuits blanches quand on était petit, les trucs qu'on inventait pour rattraper le temps de repasser pendant qu'ils dormaient .
  • Offrez votre expérience de vie comme un réconfort. Lorsque les enfants commencent à affronter les premières difficultés, nous pouvons dire comment nous les avons surmontées à leur âge. Réconforter votre expérience personnelle aide les enfants à comprendre que, quelle que soit la difficulté de ce qu'ils vivent, c'est déjà arrivé à d'autres et qu'ils peuvent s'inspirer de ces histoires pour trouver leur propre chemin. 

10 erreurs à éviter dans l'éducation des enfants

Conseils de pédiatres sur les erreurs à éviter

  • Attendez que nos conseils soient sollicités. L'exemple le plus élevé de la personne à qui le respect est accordé est celui à qui l'on demande en tant que "sage" de demander conseil. Pour arriver à assumer ce rôle dans la vie de nos enfants, nous pouvons essayer d'être patients, de respecter leurs opinions en les aidant à trouver un chemin pour eux-mêmes, en réfléchissant aux conséquences de chaque hypothèse. Nos conseils directs ne doivent arriver que s'ils sont demandés, sinon nous devons nous limiter à aider la réflexion des élèves.

Comme il l'a écrit Goethe :

Les entreprises les plus agréables sont celles dans lesquelles règne un respect mutuel pacifique entre les membres

N'oublions pas de le respecter en retour.

Articles connexes

Jour du Souvenir : qu'est-ce que la Shoah ? Des livres et des films pour l'expliquer aux enfants

Jour du Souvenir : qu'est-ce que la Shoah ? Des livres et des films pour l'expliquer aux enfants

Les plus célèbres légendes urbaines expliquées aux enfants

Les plus célèbres légendes urbaines expliquées aux enfants

Histoire de la fête des pères pour les enfants

Histoire de la fête des pères pour les enfants

Comment éduquer les enfants au respect de l'environnement ?

Comment éduquer les enfants au respect de l'environnement ?

A qui ressemble votre fils ? Le logiciel vous dit (gratuit)

A qui ressemble votre fils ? Le logiciel vous dit (gratuit)

Les émotions et la fierté d'être maman en 10 mots

Les émotions et la fierté d'être maman en 10 mots

Ajouter un commentaire de comment se faire respecter par ses enfants, s'occuper de la famille.

  • Nouveaux métiers : le mannie, le baby-sitter man
  • Ce qu'il faut savoir sur l'arrivée du deuxième enfant
  • Le deuxième enfant arrive : bonheur ou désarroi ?
  • Moi contre toi : le troisième film au cinéma
  • L'homophobie expliquée aux enfants
  • Est-il légitime de laisser des enfants mineurs à la maison ? Notre avocat vous répond
  • La première nuit à la maison avec le nouveau-né
  • À quoi s'attendre de notre meilleure amie enceinte
  • Comment devenir une super maman
  • Être mère : les premiers moments inoubliables
  • Jour du Souvenir : comment l'expliquer aux enfants
  • Maman au foyer : désespérée ou heureuse ?
  • Changer les relations : maman et grand-mère
  • Entretien avec Luca Trapanese, le père d'Alba
  • Les enfants de VIP aux noms étranges dont on peut s'inspirer
  • Travail de paix pour les enfants
  • 10 choses à faire au quotidien pour renforcer le lien avec votre enfant
  • Qu'est-ce que cela signifie d'avoir un troisième enfant
  • Dispute devant les enfants
  • Couche combien tu me coûtes ! Conseils pour économiser

DMCA.com Protection Status

  • Envoyer à un ami

droits de l'enfant

Droits des enfants : les connaître et les faire respecter

  • Copier le lien de partage

Droits des enfants : nos conseils pour les respecter dans votre famille

Vous connaissez la Déclaration des Droits de l'Homme, mais savez-vous qu’il existe son pendant pour nos petits ? Depuis 1989, la Convention relative aux droits de l’enfant (CIDE) garantit à toute personne de moins de 18 ans de nombreux droits fondamentaux. Destinée à protéger les plus vulnérables d’entre nous, cette convention contient de nombreux articles qui fixent pour tous les États signataires la protection à offrir aux enfants du monde. Et c’est en premier lieu au sein de chaque famille que les droits des enfants ont vocation à s’appliquer. Quels sont ces droits de l’enfance et comment, à votre échelle de parents, veiller à leur respect ? 

La Convention internationale des droits de l'enfant

Le 20 novembre 1989, l'Assemblée générale des Nations unies adoptait à l'unanimité la Convention internationale des droits de l'enfant (CIDE). Ce texte sur les droits de l’enfance , également appelé Convention relative aux droits de l’enfant, énonce pour la première fois les conditions de protection des jeunes personnes. C’est un texte fondamental comportant pas moins de 54 articles. La Convention relative aux droits de l’enfant offre à ces derniers des droits identiques à ceux des adultes. Elle élève ainsi les enfants au rang d’êtres juridiquement porteurs de droits, au même titre que leurs parents. En outre, en tant que petit humain en plein développement, l’enfant doit être particulièrement protégé. C’est pourquoi la CIDE adjoint des droits spécifiques, adaptés à la vulnérabilité des petits. Toute personne de moins de 18 ans est concernée par ces droits, excepté si sa législation lui confère la majorité plus tôt. 

En ratifiant la Convention, ce sont 197 États qui se sont engagés à respecter ces droits et à les faire appliquer dans leur pays. À l’heure actuelle, seuls les États-Unis n’ont pas encore signé la Convention. Les autres pays, eux, ont dû se doter d’une autorité destinée à faire respecter les droits des enfants, qui sont des droits fondamentaux reconnus par la loi. En France, c’est le Défenseur des Droits qui s’assure du respect de la CIDE et qui veille à l’intérêt supérieur de l’enfant. Un enfant est d’ailleurs tout à fait habilité à le contacter, s’il estime que ses droits ne sont pas respectés.

Les droits fondamentaux des enfants

Le texte énonce de manière exhaustive les droits de l’enfant . Leur définition repose sur quatre principes fondamentaux : 

  • la non-discrimination ; 
  • l'intérêt supérieur de l'enfant ; 
  • le droit de vivre, de survivre et de se développer ; 
  • le droit de l’enfant d’être entendu.

Au texte initial ont été ajoutés 3 protocoles poussant encore plus loin la protection de nos petits. Ainsi, les enfants ne peuvent être recrutés dans le cas de guerres ou conflits armés. Ils ne peuvent également être exploités par la vente, la prostitution ni la pornographie. Enfin, les enfants dont les droits sont bafoués ont accès à la justice et peuvent déposer plainte, au niveau national puis auprès des Nations-Unies.

Si ces 4 principes sont à eux seuls un résumé des droits de l’enfance , intéressons-nous de plus près aux principes édictés par la Convention. Celle-ci énonce en 54 articles des droits, que l’on peut regrouper en 12 droits fondamentaux :

  • le droit à l’égalité ;
  • le droit à une identité ; 
  • le droit de vivre en famille ;
  • le droit à la santé ;
  • le droit à l’éducation et aux loisirs ;
  • le droit à la protection de la vie privée ;
  • le droit à une justice adaptée ;
  • le droit d’être protégé en temps de guerre ;
  • le droit d’être protégé contre la violence ;
  • le droit d’être protégé contre l’exploitation ;
  • le droit de s’exprimer et d’être entendu ;
  • le droit de l’enfant en situation de handicap de vivre comme et avec les autres. 

Exemples de droits des enfants

Dans la liste des droits de l'enfance prévue par la CIDE, voici quelques exemples de principes fondamentaux que vous pouvez évoquer avec votre enfant :

  • J'ai le droit de vivre ;
  • J’ai le droit d'avoir un nom et une nationalité ;
  • J'ai le droit d'avoir une alimentation suffisante et équilibrée ;
  • J'ai le droit d'être protégé des maladies et d'être soigné ;
  • J'ai le droit d'aller à l'école ;
  • J'ai le droit d'être protégé de la violence et de l'exploitation ;
  • J'ai le droit de ne pas faire la guerre, ni de la subir ;
  • J'ai le droit d'avoir un refuge, d'être secouru ;
  • J'ai le droit d'avoir une famille, d'être entouré et aimé ;
  • J'ai le droit de jouer, danser, chanter ;
  • J'ai le droit à la liberté de pensée et de religion ;
  • J’ai le droit d’avoir une vie privée ;
  • J’ai le droit de m’informer et d’être protégé des informations dangereuses ;
  • J’ai le droit de développer pleinement mes capacités, mes talents et ma personnalité ;
  • J'ai le droit d'être écouté des adultes et de leur dire « non ».

Comment veiller au respect des droits de son enfant ?

Chaque parent peut se faire le relais des droits des enfants. Comment être attentif au respect des droits de son enfant ? Voici plusieurs conseils que vous pouvez appliquer au sein de la sphère familiale.

Expliquer ses droits à votre enfant

Vous pouvez simplement commencer par veiller à ce que votre enfant soit conscient de posséder des droits, tout comme les adultes. Pour cela, lisez ensemble la liste des droits de l’enfance ci-dessus. Sa formulation est adaptée à la compréhension des plus jeunes. Vous pouvez commenter ensemble chaque droit avec des exemples de la vie quotidienne. Par exemple, le droit à la vie privée peut s’apparenter, pour votre enfant, à ne pas souhaiter vous raconter ce qu’il s’est passé à la récré. Ou le droit de développer pleinement ses talents, par encourager ses aptitudes artistiques (même s’il veut apprendre à jouer de la batterie ou de la trompette !).

Encourager sa liberté d’expression

Votre enfant doit se sentir libre de s’exprimer au sein du cocon familial. L’un des droits de l’enfant est que sa parole doit être respectée et considérée autant que la vôtre. Pour favoriser l’écoute mutuelle et encourager votre petit à avoir son propre avis, vous pouvez instaurer un conseil de famille régulier. Une fois par semaine, parents et enfants se réunissent pour échanger de manière sereine. Chaque partie est ainsi impliquée et responsabilisée dans le règlement des problèmes de la famille. 

En cas de dispute avec votre enfant ou de « non », il est également important de l’écouter et de tenir compte de son avis. Faire régner un climat de confiance et d’empathie permet de veiller au respect de ses droits. Même si votre enfant fait des bêtises , il faut toujours en parler.

Protéger votre enfant de la violence

Les enfants sont exposés à la violence par de nombreux biais : violence verbale, à la maison ou à l’école, mais aussi violence physique et accès à des médias pas toujours adaptés. Bien sûr, les punitions d’ordre physique, les insultes, les mots qui blessent n’ont pas leur place au sein du foyer familial. Vous pouvez en outre appliquer le droit fondamental de protection contre la violence en surveillant l’accès de votre enfant aux écrans. Assurez-vous qu’il puisse uniquement recevoir des informations adaptées à son âge. Vous pouvez vous fier aux limitations d’âge des programmes audiovisuels. Prévoyez un temps d’échange si votre enfant a été exposé à des images violentes.   

Prendre soin de sa santé

L’aider à bien se développer et à grandir passe aussi par prendre soin de la santé de votre enfant. Sans être alarmiste, accordez toujours du crédit à votre petit lorsqu’il vous explique ne pas se sentir bien. Une écoute attentive et un câlin suffisent parfois, mais il ne faut pas négliger les soins à lui prodiguer. Prendre soin de la santé de votre enfant passe aussi par une alimentation la plus équilibrée possible. Cela peut être l’occasion de cuisiner en famille et d’apprendre ensemble à bien se nourrir.

Parler du consentement avec votre enfant

Un des droits des enfants est celui de dire « non » aux adultes et d’être entendu. S’il refuse d’aller ranger sa chambre, la discussion peut bien sûr s’ouvrir pour expliquer le bien-fondé de votre demande. Toutefois, aborder la notion de consentement est incontournable pour apprendre à votre enfant à faire respecter sa volonté auprès des autres, enfants comme adultes. Pour parler de consentement mais également d’intimité, vous pouvez expliquer à votre enfant que son corps lui appartient en usant de termes et d’exemples adaptés à son âge. Qu’un oui pas clairement prononcé n’en est pas un, et qu’il est en droit de refuser les bisous de tonton s’il n’en a pas envie. Le droit à l’éducation à la vie affective et sexuelle fait d’ailleurs partie des droits de l’enfant.

Lui prodiguer de l’amour et de la sécurité

Tout enfant a le droit à une vie de famille et à être entouré des siens. Attachez-vous à ce qu’il se sente protégé au sein du foyer et fournissez-lui autant d’amour que possible ! Vous pouvez réserver des temps de qualité que vous passerez avec votre enfant : jeux de société, sorties, cuisine, lecture, etc. Des moments précieux qui lui permettront de bien grandir.

se faire respecter par un enfant

Comment se faire respecter par ses enfants

se faire respecter par un enfant

se faire respecter par un enfant

Cette vidéo vous a-t-elle été utile ? Partagez-la avec vos amis!

Description de la vidéo.

Comment se faire respecter par ses enfants ? Où par les gens de manière plus générale ?

Vous avez l’impression de ne pas être respecté(e), de parler, de demander les choses et de ne pas être entendu(e). Vous avez envie que cela change, vous avez envie de vous sentir respecté(e) mais ne savez pas comment faire.

La première question que je veux vous poser est la suivante : connaissez-vous votre limite, le seuil de tolérance à ne pas dépasser ?

Définir ce qui est acceptable et ce qui ne l’est pas va vous permettre de fixer une limite à ne pas franchir.

Tant que cette limite ne sera pas clairement définie, vous ne pourrez pas vous sentir respecté(e) car selon votre état émotionnel, elle pourra changer d’un jour sur l’autre.

Et vos enfants en sont bien conscients !!

Ils ne cherchent pas à vous manquer de respect, ils pointent seulement du doigt le fait que les règles ne sont pas clairement fixées.

Votre priorité est donc de définir ce qui est acceptable pour vous et ce qui ne l’est pas. Et ensuite d’être ferme avec vous-même.

Car vous ne pourrez pas vous faire respecter par les autres si vous n’êtes pas ferme avec vous-même en premier.

Comment voulez-vous que les autres respectent les règles que vous leur fixer alors que vous ne respecter pas celles que vous vous mettez à vous-même.

En prendre conscience est une étape nécessaire. Apprenez à vous connaitre, à vous faire confiance. Soyez ferme avec vous, respectez vos engagements pour vous apporter du respect à vous-même.

Le respect des autres arrivera ensuite car vous ne tolèrerez plus ce qui vous semble inacceptable.

Ne manquez rien !

Recevez chaque semaine les dernières publications de nos membres ainsi que des invitations exclusives à nos événements en ligne.

Formation recommandée

Le guide de l’autothérapie par l’écriture

Le guide de l’autothérapie par l’écriture

Membres à découvrir

  • Nelly Delas - Auteure Et Coach En écriture Thérapeutique 212 publications.
  • Simplement Francis 434 publications.
  • Alexandre Cormont - Love Coach Depuis 2007 504 publications.
  • Agnès De Reulle - Coach Experte Pnl Libération Emprise Et Violence 135 publications.
  • Inès Chamane 62 publications.
  • Naïara, Esprits De Vie, Guide Du Lâcher-prise Et De La Libération émotionnelle 3 publications.
  • Jenny Douglass 7 publications.
  • Maryse Ligdamis 121 publications.
  • Géraldine Andrée Muller 42 publications.
  • Suzanne Deborah Jennings 40 publications.

Fait comme 2838 personnes en rejoignant une communauté en pleine croissance de professionnels du mieux-être humain et de créateurs de contenus inspirants. En savoir plus ici

Le respect entre parent et enfant

Le respect entre parent et enfant

  • Ceci n'est pas du tout superficiel. Si vous voulez être traité avec respect, vous devez démontrer que vous avez investi du temps et des efforts dans votre apparence.
  • Si vous vous montrez au travail en portant un pull taché et des baskets sales, les gens vous prendront moins sérieusement.
  • Même dans un environnement plus décontracté, prenez un petit peu plus de temps pour soigner votre apparence. Ne soyez pas trop habillé pour aller au bar du coin, mais prendre les 15 minutes nécessaires pour vous raser la barbe ou simplement le temps de rentrer votre chemise dans votre pantalon peut aider à attirer le respect.

Step 2 Montrez l'exemple aux...

  • Lorsque quelqu'un vous imite, c'est un signe de respect.
  • Si quelqu'un d'autre montre un bon exemple, faites-lui savoir combien vous appréciez cela en agissant en conséquence, ainsi que par les mots.
  • Soyez un modèle à la maison, au travail et dans les situations sociales. Où que vous soyez, il y a toujours une occasion de montrer aux autres comment vivre dans le respect d'eux-mêmes, tout en honorant la dignité des autres.

Step 3 Prenez vos propres...

  • Vous devrez peut-être prendre des décisions difficiles lorsque personne d'autre n'est prêt à le faire.
  • En étant un suiveur, vous ne serez pas aussi respecté qu'en étant un leadeur qui fait parfois des erreurs.
  • Déterminez quelles sont vos valeurs essentielles et respectez-les.

Step 4 Ne soyez pas excessivement matérialiste.

  • Ne pensez simplement pas que les choses matérielles sont tout. Si vous êtes obsédé par amasser autant de possessions que possible, vous ne pourrez pas vous concentrer sur votre évolution en tant que personne et sur la construction des relations.

Step 5 Ne procrastinez pas.

  • Bien qu'il puisse être bien plus plaisant de passer des heures à naviguer sur YouTube plutôt que d'étudier pour un examen ou de faire ce projet de travail, sur la durée, faire le travail que vous avez devant vous vous fera sentir plus accompli et vous aidera à réussir.

Step 6 Soyez une personne cultivée.

  • Même si vous n'aimez pas certains sujets qui sont très présents dans la société, comme la politique, la religion ou les sports, essayez d'en avoir une connaissance générale qui vous permettra de demander leurs opinions à d'autres qui, eux, suivent ces sujets avec passion. Ils apprécieront l'occasion de parler de ces sujets et vous en apprendrez davantage. Vous ne serez peut-être jamais d'accord, mais vous pourrez toujours écouter et prendre connaissance des intérêts de la personne.
  • Plus vous êtes cultivé(e), plus les gens viendront vers vous pour vous demander des conseils et vous demanderont votre opinion. Si les gens pensent qu'ils peuvent toujours venir vers vous, car vous savez toujours au moins un petit peu sur tout, alors vous attirerez encore plus leur respect.

Step 7 Parlez correctement et de manière respectueuse.

  • Si vous vous surprenez à jurer, assurez-vous de vous excuser.
  • Si vous êtes l'une de ces personnes qui tendent à exploser de rage en jurant, essayez de quitter le lieu lorsque vous savez que vous allez avoir une montée de jurons.

Step 8 Respirez la confiance en vous.

  • Vous pouvez projeter votre confiance en vous par votre langage corporel. Tenez-vous droit, regardez droit devant vous plutôt que vos pieds et n'ayez pas l'air nerveux ou agité, vous paraitriez peu sûr de vous.
  • Entrez dans une pièce comme si vous y étiez à votre place.
  • Parlez suffisamment lentement et clairement pour que tout le monde vous entende.
  • Être sûr de soi ne signifie pas être parfait(e). En fait, connaitre vos défauts et travailler à y remédier renforcera davantage votre confiance en vous.

Step 9 Soyez optimiste.

  • Trouvez des moyens d'aider les gens qui en ont besoin et vos propres problèmes vous paraitront mineurs, vous vous sentirez également mieux pour avoir aidé quelqu'un. Le bénévolat est une possibilité. Mais vous pouvez aussi rendre visite à un voisin esseulé, appeler un parent perdu de vue ou aider vos enfants à construire quelque chose dans le jardin.
  • Personne ne respectera une personne qui se plaint et gémit tout le temps. Gardez autant que possible vos sentiments négatifs pour vous.

Step 10 Tenez votre parole.

  • Tenir votre parole est important non seulement dans le cadre professionnel, mais aussi avec votre famille et vos amis. Vous ne voudriez pas que vos êtres chers perdent leur respect pour vous parce que vous les laissez constamment tomber.

Step 11 Soyez bon à quelque chose.

  • De toute évidence, n'essayez pas de devenir bon à quelque chose uniquement pour que les gens vous respectent. Mais être bon à quelque chose et en être passionné vous aidera certainement.

Step 12 Admettez vos erreurs.

  • Cela signifie également que vous devrez vous excuser auprès des gens lorsque c'est nécessaire. Si vous avez blessé quelqu'un, ravalez votre fierté et dites que vous êtes désolé(e) pour ce que vous avez fait.

Se respecter

Step 1 Respectez vos limites.

  • Par exemple, si vous voulez sortir voir des amis avec votre partenaire, informez-le de l'heure du rendez-vous et de l'heure à laquelle vous partirez, qu'il soit prêt ou non. Si votre partenaire n'est pas prêt à partir, partez sans lui. Ne le laissez pas vous retenir ou changer vos plans d'une manière ou d'une autre. N'essayez pas de justifier vos actions, dites-lui simplement que vous l'aviez averti des conséquences et qu'il ne souffre que de conséquences qui auraient pu facilement être évitées s'il avait suivi les règles.

Step 2 Prenez soin de vos affaires.

  • Aussi, sachez où vous mettez vos affaires. Si vous êtes celui qui perd ses lunettes de soleil ou son téléphone tous les mois, les gens penseront que vous êtes irresponsable.

Step 3 Apprenez à dire non.

  • Les gens vous respecteront davantage s'ils voient que vous avez vos propres priorités et que vous ne laissez pas tout tomber pour les aider.
  • Rendre service à un ami ou un collègue n'est pas une mauvaise chose, mais assurez-vous que vous ne soyez pas le seul à rendre des services.
  • Lorsque vous dites non, ne vous excusez pas et ne radotez pas trop longtemps sur les raisons pour lesquels vous devez dire non. Dites non, donnez une raison simple ou offrez une solution alternative. Une raison simple et courte vous empêchera de céder ou de paraitre influençable.

Step 4 Évitez de vous souler en public.

  • Vous pouvez très bien vous lâcher un petit peu, mais perdre tout contrôle est autre chose.

Step 5 Défendez-vous lorsque c'est nécessaire.

  • Si les gens savent que vous savez vous défendre lorsque c'est nécessaire, ils vous respecteront davantage et vous laisseront tranquille.

Step 6 Évitez de vous excuser tout le temps.

  • Vous excuser tout le temps et sans raison vous fera paraitre faible et indigne de respect.

Step 7 Connaissez votre valeur.

  • Ceci est particulièrement valable pour ce qui est de votre emploi. Si vous avez fait des heures et du travail supplémentaires pour votre entreprise pendant longtemps, mais que vous n'avez obtenu aucune reconnaissance, il est temps d'arrêter d'attendre et d'en parler à votre patron.

Step 8 Souvenez-vous de vous faire passer en premier...

  • Si les gens vous voient comme le genre de gens qui se fait passer en dernier, vous ne serez pas respecté. Les gens penseront qu'ils peuvent vous marcher sur les pieds.

Respecter les autres

Step 1 Saluez les gens de façon amicale.

  • Si quelqu'un ne vous rend pas votre salutation ou ne la prend pas en compte, donnez à cette personne le bénéfice du doute. Soyez poli(e). Il est possible qu'elle ait été profondément absorbée dans ses pensées ou inquiète de quelque chose et en conséquence ne vous a pas remarqué.
  • La même chose s'applique à une réponse tiède à votre salutation : ne le prenez pas personnellement. Beaucoup de gens sont timides, peu au courant des bonnes manières ou même impressionnables. Laissez-leur de l'espace pour se mettre à l'aise, la plupart viendront vers vous lorsqu'ils réaliseront que vous n'avez rien contre eux.

Step 2 Ne tyrannisez jamais les autres et ne profitez pas de leurs faiblesses.

  • Ne taquinez pas les gens. Cela peut paraitre amusant et vous n'avez peut-être pas de mauvaises intentions, mais les gens pourraient se sentir offensés lorsque vous les taquinez sur un sujet qui les touche profondément. Cela tourne rapidement au manque de respect, surtout si vous insistez et dites que vous ne faites que plaisanter alors que la personne vous demande d'arrêter et que vous continuez  [3] X Source de recherche Gretchen Rubin, <i>Happier at Home</i>, p. 87, (2012), ISBN 978-0-307-88678-1 .

Step 3 Faites face aux gens qui vous tyrannisent de façon appropriée.

  • Contentez-vous d'une courte phrase aimable, puis partez ou retournez à votre travail.

Step 4 Donnez une chance à chacun.

  • Juger les gens ne fera bien souvent rien de plus que révéler vos propres complexes.

Step 5 Soyez prêt(e) à entendre le point de vue des autres.

  • Avoir eu la vie difficile n'est pas une excuse pour maltraiter ou profiter des gens. Gardez en tête que la plupart des gens que vous rencontrerez ont fait face à des combats d'une sorte ou d'une autre dans leurs propres vies et ont peut-être également des problèmes en ce moment. Recherchez de l'aide si vous êtes blessé sur le plan émotionnel, afin de pouvoir poursuivre votre vie comme vous le voulez et non en fonction d'un passé que vous essayez toujours de combattre.

Step 6 N'agissez pas comme un je-sais-tout.

  • Si vous vous surprenez à vous comporter comme un je-sais-tout, faites preuve d'humour pour le reconnaitre et dites quelque chose de simple comme : Désolé, je crois que je me suis montré un peu trop passionné par ce sujet. De toute évidence, cela me tient à cœur, mais c'était mal poli de tant parler. Désolé ! Que penses-tu toi de ce sujet ? Je sais aussi écouter, tu sais !

Step 7 Soyez discret.

  • N'essayez pas de raconter des potins pour vous rendre populaire. Bien sûr, les gens voudront écouter ce que vous racontez, mais cela ne veut pas dire qu'ils vous aimeront plus.

Step 8 Respectez les gens en position d'autorité.

  • Respecter les gens en positon d'autorité fera que les gens respecteront plus facilement votre position. Si vous faites preuve d'un manque de respect total à l'égard des règles, les gens ne penseront rien de bon de vous.
  • Il est important d'accepter l'autorité, pas l'autorité stricte. Accepter l'autorité veut dire que vous acceptez celle de vos supérieurs et obéissez aux règles, mais vous n'acceptez pas que l'on vous traite mal. Révérer l'autorité signifie par contre que vous pensez que la figure qui la représente ne fait aucune erreur et qu'elle est parfaite, dans ce cas, lorsque vous êtes en face d'une personne qui a plus d'autorité que vous, vous vous placez toujours en position d'infériorité. Acceptez l'autorité, mais ne la révérez jamais.
  • Soyez prudent(e) lorsque vous êtes face à deux individus ayant une philosophie de vie complètement différente, car si vous appuyez l'un d'eux, l'autre pourrait perdre son respect pour vous. Il vous faudra rester fidèle à vous-même et respecter les deux opinions. Vous n'avez pas à être d'accord avec ces opinions, soyez simplement clairement prêt à les écouter.
  • Essayez de trouver un domaine dans lequel vous êtes bon. Si vous savez chanter, participez à un groupe scolaire ou communautaire, chantez lors d'évènements. Les gens reconnaitront votre talent.
  • Souvenez-vous que les gens remarquent l'exemple que vos enfants suivent. Si vous traitez vos enfants avec amour et leur enseignez à avoir du respect pour vous et pour les autres, vous serez également respecté par les autres.
  • Amenez de la beauté dans votre entourage en donnant à vos voisins une vue plaisante de votre maison et de votre personnalité. Invitez aimablement les gens de votre quartier à s'approcher de votre demeure en leur témoignant un intérêt sincère. Ils auront également envie d'être aimables avec vous.

Avertissements

  • Soyez circonspect quant à ce que vous révélez de votre personne aux autres. Il est plus difficile de respecter quelqu'un qui n'arrive pas à établir la limite entre suffisamment d'informations partagées avec quelqu'un et trop d'informations, surtout dans les contextes de travail ou sociaux.
  • Ne vous perdez pas dans des vertus socialement valorisées ou des « conditions nécessaires » qui vous donneront une allure « respectable ». Vous confondriez alors le respect gagné pour la personne que vous êtes avec des signes extérieurs, comme amasser des choses ou faire des choses pour être comme tout le monde, que ce soit avoir 5 Ferrari dans son garage ou tuer quelqu'un pour appartenir à un gang. Rien de tout cela ne vous apportera le respect, peut-être l'envie et la notoriété, mais jamais le respect.

wikiHows en relation

réagir lorsque quelqu'un vous ignore

  • ↑ http://www.askmen.com/money/mafioso_60/95_mafia.html
  • ↑ http://www.forbes.com/sites/glennllopis/2013/07/22/5-ways-leaders-earn-respect-from-their-employees/
  • ↑ Gretchen Rubin, Happier at Home , p. 87, (2012), ISBN 978-0-307-88678-1

À propos de ce wikiHow

Cet article vous a-t-il été utile , articles en relation.

réagir lorsque quelqu'un vous ignore

Abonnez-vous à la newsletter gratuite de wikiHow !

Des tutoriels utiles dans votre boitier de réception chaque semaine.

Articles tendance

Comment envoyer un snap de visage de dessin animé et utiliser d'autres Lenses amusantes

Vidéos tendance

tailler un pied de tomate

  • À propos de wikiHow
  • Contactez nous
  • Plan du site
  • Termes et conditions
  • Politique de confidentialité
  • Do Not Sell or Share My Info
  • Not Selling Info

Suivez-nous

Abonnez-vous pour recevoir la

newsletter de wikiHow!

Livraison gratuite, non garantie pour noël

Formybabylove

Comment apprendre le respect à un enfant ?

Publié par Clara Rouquet le 14 juil. 2019

Comment apprendre le respect à un enfant ?

Respecter les autres et se faire respecter  est essentiel pour avoir une vie sociale épanouie. Si nous voulons obtenir le respect de soi, il faut d'abord commencer par le respect des autres. Apprendre la tolérance ,  la confiance et l'écoute à nos enfants , s’applique dès leur plus jeune âge . Aujourd’hui, nous allons voir dans cet article comment apprendre le respect à votre tout-petit.

C’est quoi le respect ?

formybabylove

Comment apprendre le respect à un enfant ?

Soyez un modèle et respectez vos enfants, l’apprentissage de la propreté.

Lorsqu’on parle de respect, on parle surtout d’éducation . Éduquer son enfant ne veut pas que dire de lui apprendre à lire, aller au lit, apprendre à écrire.. Mais avoir une bonne éducation commence par lui montrer comment ranger sa chambre , comment manger, comment s’habiller, comment se laver etc. Votre rôle de parent est d'apprendre la propreté aux jeunes enfants, pour qu’ils puissent s’épanouir et prendre confiance en eux. Dans le but d'aider au mieux au développement de l’enfant. 

Apprendre le respect en se respectant et en respectant les autres

Les compétences parentales

Parlez avec votre petit.

Certaines fois, la relation parent enfant ne se passe pas bien, car il y a tout simplement un manque de communication entre vous. Lorsqu’il rentre de l’école parlez-lui de ce qu’il a fait durant sa journée, de sa scolarité, de ses amis, c'est important pour sa socialisation. Le fait de parler avec lui, permettra de vous soulager et de le soulager également . Si les choses ne se passent pas bien pour lui à l’école, cela lui fera du bien de se sentir écouter et d’en parler à la personne qui compte le plus pour lui.

Si vous laissé votre nouveau-né à une assistante maternelle où à des professionnels de la petite-enfance, demandez-lui quand vous le récupérer ce qu'il a fait chez la nounou et si il s'est amusé.

Apprendre le respect avec un animal de compagnie

Apprendre le respect à son enfant : Ce qu’il faut retenir

Achetez-lui un animal de compagnie.

Comme nous l’avons expliqué dans l’article les enfants et les animaux , les tout-petits qui possèdent un animal de compagnie ressentent plus d’empathie envers les autres, ont une meilleure estime de soi, sont moins sensibles au stress, ont une meilleure compréhension de la vie et une meilleure cohésion sociale. Si votre garçon ou votre fille demande un chien ou un chat, acceptez car les animaux domestiques permettent d'aider les enfants à se calmer et améliorent leur développement .

La pratique d’une activité physique

Chaque enfant étant en hyperactivité devrait opter pour des activités périscolaires. Car la pratique d’une activité sportive va permettre à votre gamin de prendre confiance en lui, de développer sa curiosité, d’être moins timide, d’avoir l’esprit d’équipe et de s’épanouir avec les autres. Nous avons fait un article pour vous aider à bien choisir le sport de votre enfant . Les parents peuvent généralement participer aux séances, aux matchs et cela va aider à consolider votre lien avec lui.

Aidez-le à trouver sa place parmi ses camarades

Dès son entrée dans un établissement scolaire et même avant, lors de repas en famille ,  en présence de ses frères et sœurs, les échanges entre bambins virent souvent à la confrontation. « C’est mon jouet ! », « Va-t’en, t’es pas gentil », « Maman, il veut pas que je joue avec lui… »  Votre enfant doit comprendre que le petit garçon ou la petite fille est une personne différente de lui, qu'il a sa personnalité, sa propre façon de faire les choses ainsi que ses propres désirs. La vie en collectivité est difficile, car il faut savoir accepter les autres , avec nos différences. Si vous voyez que votre enfant aime partager ses affaires avec d'autres personnes de son âge, n'hésitez pas à le féliciter, c'est la meilleure façon de lui apprendre la politesse.

Faites appel à  une autre personne

Si après tous ces conseils, vous n’arrivez pas à apprendre le respect à votre enfant , faites appel à un pédiatre, un psychologue ou à des intervenants sociaux. Il existe des dispositifs d’accompagnement pour vous aider et aider votre petit dans cette situation. Leur travail est d'aider les jeunes enfants dans leur épanouissement. Vous pouvez également faire appel à des éducateurs spécialisés dont leur travail est d'accompagner chaque enfant tout le long de l'année scolaire.

← Article précédent Article suivant →

Enfants, Scolaire & études

  • Assurance Maternelle Dès sa première rentrée, votre enfant mérite le spécialiste de l'assurance scolaire
  • Assurance Scolaire 4 protections scolaires ou extrascolaires de la maternelle au lycée
  • Assurance Extrascolaire Des protections pour l'école et la vie de tous les jours
  • Assurance Étudiant L'assurance pour la vie quotidienne de l'étudiant
  • Assurance Tout Petits L'assurance pour les 0-3 ans non scolarisés
  • Assurance Matériel scolaire L'assurance du matériel de valeur inscrit à la liste des fournitures obligatoires
  • Assurance Stages Médicaux L'assurance pour les stages en milieu hospitalier
  • MAE Neige Une carte pour les sports d'hiver

Assurances Scolaires et Extrascolaires

Assurances Scolaires et Extrascolaires

À partir de

Familles, Adultes & Vie quotidienne

  • Assurance Famille Plus L'assurance qui accompagne la famille face aux aléas de la vie
  • Assurance Famille L'assurance accident qui protège toute la famille
  • Assurance Solo Duo L'assurance en cas d'accident pour l'adulte seul ou en couple
  • Option Complément Parent(s) L'option à l'assurance scolaire pour renforcer la protection de la famille
  • Assurance Mobiles et Plus L'assurance des appareils mobiles de toute la famille
  • Assurance Trottinette L'assurance obligatoire des trottinettes électriques et autres EDPM
  • Assurance Protection juridique La protection des droits de toute la famille
  • Assurance Handicap L'assurance des adultes et des enfants handicapés (non scolarisés)
  • Assurance Décès L'assurance pour sécuriser l'avenir de ceux que vous aimez

Assurance Trottinette électrique

Assurance Trottinette électrique

Habitation & Logement Étudiants

  • Assurance Habitation L'assurance multirisques pour préserver le bien-être de votre foyer
  • Assurance emprunteur Protégez votre pouvoir d'achat avec une offre adaptée à vos besoins, réservée aux adhérents MAE.
  • Assurance Habitation Étudiant L'assurance sur-mesure du logement de l'étudiant

Assurance Habitation

Assurance Habitation

Associations & Assistante maternelle

  • Assurance Association L'assurance pour couvrir l'activité de votre association loi 1901
  • Assurance Assistante Maternelle L'assurance professionnelle des assistantes maternelles agréées

Assurance Association

Assurance Association

4 conseils pour inculquer à son enfant le respect de l'autre sur Internet

Sensibilisations aux médias

Publié le 29.12.2023

4 conseils pour inculquer à son enfant le respect de l'autre sur Internet

Exprimer son avis en toute liberté et de façon anonyme est possible sur les réseaux sociaux. problème : les enfants ne réalisent pas toujours qu'ils peuvent blesser leurs camarades. des propos insultants peuvent surgir par imprudence, et avoir de graves conséquences. retrouvez 4 conseils pour apprendre à votre enfant à respecter l'autre sur internet., 1. aborder la notion de liberté d'expression sur les réseaux sociaux avec son enfant.

« La liberté d'expression a des limites »

Il peut être assez complexe d'expliquer ce qu'est la liberté d'expression à un enfant. Vous pouvez commencer par dire à votre petit qu'en France, chacun et chacune a le droit de donner son opinion, quel que soit son âge. C'est d'ailleurs une liberté fondamentale , inscrite dans la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789. Les adultes comme les enfants sont donc libres d'exprimer leurs idées dans le respect des autres . Ce droit s'applique aussi bien à la maison qu'à l'école, ou sur les réseaux sociaux. Mais attention : la liberté d'expression a des limites . De nombreux préados et ados l'oublient parfois lorsqu'ils utilisent Snapchat , Instagram ou Tiktok . Pour aller plus loin, vous pouvez visionner avec votre enfant la vidéo « C'est quoi la liberté d'expression ? » proposée par France Télévisions.

2. Expliquer à son enfant qu'il doit respecter l'autre sur les réseaux sociaux

Si nous avons le droit de parler de tout, nous n'avons toutefois pas le droit d'insulter ou de faire circuler de fausses informations sur une personne, car la loi a fixé des limites. En effet, il est interdit de tenir des propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes ou handiphobes . Dans le détail, vous pouvez dire à votre enfant que la liberté d'expression ne justifie pas : - L'injure raciste ou autre : attaque personnelle et directe envers un ou une camarade ou un groupe de personnes dans l'intention de blesser et d'offenser, en raison de son ethnie, sa religion, son sexe, ou son orientation sexuelle, - L'incitation à la haine , à la discrimination ou à la violence raciste ou autre : paroles encourageant la haine ou la violence contre une personne en raison de son ethnie, sa religion, son sexe, ou son orientation sexuelle, - La diffamation : propos portant atteinte à l'honneur, - L'apologie de crime : par exemple, faire l'éloge du terrorisme, - La contestation des crimes contre l'humanité . En s'exprimant sur ces sujets de façon violente et haineuse, on pense traduire des opinions, mais en réalité ce sont des délits punis par la justice, car ils portent atteinte au respect et à la dignité des personnes.

image

3. Encourager son ado à bien réfléchir avant de partager son opinion sur le Web

Ce que nous faisons et disons sur Internet, notamment sur les médias sociaux, a des conséquences dans la vie réelle . Il est très facile de laisser involontairement un ou une camarade sur les réseaux sociaux, que l'on soit mineur ou majeur. Par exemple, un commentaire publié « pour rire » risque facilement d'être mal interprété par la personne ciblée, notamment car la dimension non verbale disparaît. Dans la vraie vie, la gestuelle, le regard ou encore l'intonation de la voix donnent du sens à ce que l'on dit. Avec le numérique et les écrans, seuls les émojis permettent de fournir un semblant de ponctuation pour accentuer une émotion, ou glisser un sous-entendu. Ainsi, un simple commentaire d'apparence anodine peut rapidement prendre des proportions importantes . Il risque d'engendrer des moqueries, de la violence verbale, de la discrimination, voire de conduire au cyberharcèlement . Et les répercussions pour l'ado visé peuvent être dramatiques. La Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) met à la disposition des parents des vidéos thématiques pour les jeunes. Découvrez « Ma meilleure amie est super fâchée », qui traite du respect de l'autre sur Internet. Les enfants ne se rendent pas compte que la façon de se comporter et de s'exprimer sur le Web influence l'image que les autres se font d'eux . Il est donc crucial de faire attention à ce que l'on écrit, et de réfléchir à deux fois avant de cliquer sur « publier » ! Vous pouvez par exemple inviter votre enfant à se poser les questions suivantes avant de partager son avis ou du contenu sur les réseaux sociaux : est-ce qu'il serait prêt à le dire ou le faire devant tout le monde ? Sa publication peut-elle nuire à quelqu'un ?

Vous pouvez aider votre enfant à prendre conscience de la portée de ses actes (réactions, commentaires, partages, etc.) sur Internet. La discussion autour du respect de l'autre est capitale pour accompagner votre enfant vers l'adoption d'un comportement responsable sur la Toile.

4. L'encourager à protéger sa vie privée sur les réseaux sociaux

En tant que parent, il est nécessaire de sensibiliser votre enfant à la sécurité en ligne, et à la protection de ses données personnelles . Et ce, dès son plus jeune âge. En plus de l'inciter à la prudence sur les informations qu'il partage, vous pouvez l'informer des techniques existantes pour sécuriser ses comptes sur les réseaux sociaux. Voici quelques bonnes pratiques recommandées pour se protéger : - Choisir un mot de passe renforcé. - Utiliser un pseudonyme pour les sites de jeux. - Bloquer un compte avec lequel on ne veut pas être en relation. - Masquer un commentaire. - Signaler un mauvais comportement.

image

Sachez qu'il existe également des aides pour accompagner les enfants : 1. La ligne Net Écoute 3018 , qui conseille gratuitement en cas de problème. 2. L'application Point de contact , pour dénoncer les contenus ou comportements illicites. 3. Le site Seriously , qui permet aux enfants d'apprendre à réagir de façon responsable et à argumenter face aux propos haineux. 4. La plateforme officielle Pharos , qui harmonise, recoupe et oriente les signalements qui seront traités par la police, par la gendarmerie de la criminalité des nouvelles technologies (aussi appelée brigade du numérique), ou par la direction centrale de la Police judiciaire. Et pour garder un œil sur l'activité en ligne de votre enfant, vous pouvez opter pour un système de contrôle parental , à installer sur son smartphone, son ordinateur ou sa tablette.

Si ces conseils sont très utiles à transmettre aux enfants, n'oublions pas que les parents sont aussi concernés, en tant qu'adultes, par tout ce qu'englobe la liberté d'expression, et le respect de l'autre sur Internet. En effet, nous ne pouvons pas faire l'impasse sur le rôle de modèle que nous incarnons pour la jeune génération et sur notre propre responsabilité citoyenne.

Aller plus loin

  • Podcast #1 - Le cyberharcèlement
  • Protégez votre enfant dans toutes ses activités avec l'assurance extrascolaire MAE
  • Podcast #2 - Les réseaux sociaux
  • Vidéo > Épisode 3 : 3 minutes pour comprendre le harcèlement scolaire

Nos offres en lien avec ce sujet

Assurance Famille

Protégez-vous, parents et enfants, à la maison, le week-end, pendant les vacances. Devis et souscription en ligne.

L'assurance Scolaire et Extrascolaire 4 étoiles de la MAE est incluse pour chaque enfant !

4 formules au choix pour une protection à l'école (Scolaire), ou à l'école et à la maison (Extrascolaire). Attestation immédiate !

Droits des enfants

Analyser la société à travers le prisme des droits de l'enfant

Droits et/ou devoirs des enfants

se faire respecter par un enfant

Je ne surprendrai pas en disant que je ne partage pas un instant ces assertions. J’affirme même que c ’est bien parce qu’on identifie un individu dans ses droits que l’on peut plus facilement exiger de lui qu’il respecte la loi.

Il n’est pas besoin d’être un grand observateur politique pour retrouver cette problématique dans différents domaines du champ social. Ainsi dans l’approche du débat sur le vote des étrangers aux élections locales.

Qui plus est, droits et devoirs ne sont pas indéfectiblement liés. Certains droits humains fondamentaux comme le respect de la personne ne sont gagés par aucun devoir. Au risque de choquer, la femme qui ne se fait pas agresser sexuellement dans la rue par le passant qu’elle croise n’a pas à le remercier!

Par ailleurs, il ne faut pas confondre autorité et violence. On peut faire preuve d’autorité sans élever la voix ou sans frapper.

Si dans notre pays l’autorité quelle qu’elle soit qu’entend restaurer Gabriel Attal dans la ligne tracée par le président de la République n’est pas respectée, c’est souvent parce qu’elle-même n’est pas ou plus respectable. On multiplierait les exemples issus notamment du terrain public.  Chacun les ayant en tête on fera l’économie de les restituer.

Devant l’intérêt suscité par cette problématique « droits et devoirs de l’enfant », il m’apparaît nécessaire de la reprendre plus exhaustivement.

Enfant et enfant

Commençons par le début. Qu’est-ce qu’un enfant au sens juridique du terme ? Pour le sociologue l’enfance court jusqu’aux 15 ans, puis commence la jeunesse qu prendrait fin à 25/26 ans. Quand pour le journal Tintin on est un enfant de 7 à 77 ans, la société pose le principe qu’à 18 ans le petit d’homme est achevé. Il s’agit d’une personne humaine de moins de 18 ans. La majorité pénale est à 18 ans depuis 1906 quand elle était jusque-là à 16 ans. Depuis mars 1974 la majorité civile a été également abaissée de 21 à 18 ans. Les droits civiques et politiques s’ouvrent aussi à 18 ans [1] . En d’autres termes, depuis, à 18 ans tout individu dispose  d’une pleine capacité juridique ; il peut agir et donc rendre des comptes.

Ce n’est cependant pas dire, on va le voir, que le droit traite de la même manière l’enfant de 0 à 18 ans. Des seuils – 7/8 ans, 10 ans, 13 ans, 16 ans – scandent la maturation des enfants.

Droit sur, droit à, droit de l’enfant

Il est vrai qu’un des apports du XX° siècle aura été de considérer l’enfant non plus comme un objet d’appropriation, mais comme une personne. François Dolto y aura contribué d’une manière essentielle dans la dernière période, mais c’est bien le travail d’un siècle initié au lendemain de la deuxième révolution industrielle. D’ailleurs ne n’interpelle-t-on pas traditionnellement ses interlocuteurs en leur demandant  « Combien avez-vous d’enfants ? «   alors qu’on devrait dire  « Combien de fois êtes vous parents ?» . Être ou avoir, là encore !

La tendance reste encore forte de considérer l’enfant comme un bien. On  retrouve régulièrement cette approche dans le débat sur l’adoption ou la revendication d’enfants par les procréations médicalement assistées la gestation pour autrui avec cette difficulté que la puissance publique ne peut pas garantir un droit à l’enfant.

Depuis la fin du XIX° siècle l’idée a émergé de restreindre les pouvoirs de correction des parents sur les enfants et d’une manière générale de combattre la violence exercée par les adultes sur les enfants. Le fait de s’attaquer à un enfant de moins de 15 ans est devenue une circonstance aggravante en 1892. Un droit pénal protecteur des enfants, dans leur personne, mais aussi dans leurs intérêts moraux, s’est écrit et continue de s’écrire. Il a quand même fallu attendre les années 80 pour qu’on prenne réellement conscience des violences physiques infligées aux enfants dans la famille, mais aussi dans les institutions; pour qu’on réalise que par-delà les violences physiques il y avait aussi des violences sexuelles et aujourd’hui on réalise l’importance des violences psychologiques. Et ce n’est finalement qu’en 2019 – loi du 10 juillet – , en 28° position au sein du Conseil de l’Europe que la France a condamné le recours  aux « violences éducatives ordinaires » pour ne pas utiliser les termes grossiers de châtiments corporelles.

Qui pourra contester cette prise de conscience ? On doit simplement regretter qu’elle ait été aussi tardive. Comme il est choquant qu’il ait fallu attendre 1995 – via les juges – et 2005 – via la loi – pour que le viol entre époux soit enfin condamnable ! La patrie autoproclamée des droits humains a des retards à l’allumage s’agissant des femmes et des enfants. Dont acte ! Sous le contrôle de la société, les parents ont le droit d’imposer leur autorité à leur enfant et même d’exercer un « droit de correction » c’est-à-dire une contrainte, mais ils ne doivent pas les mal-traiter.

Mieux, dans la deuxième partie du XX° siècle notre législation a petit à petit reconnu le droit de l’enfant d’exercer personnellement certains de ses droits. Certes Napoléon a bien reconnu que l’enfant né avait des droits – statut personnel, droit aux soins droit à l’éducation, droits économiques  notamment -, mais a priori, ses parents et tuteurs étaient seuls habilités à les exercer pour lui. Il est tenu pour un incapable juridique. Comme la femme mariée l’a été jusqu’à la deuxième partie du XX° siècle ! On a fini par poser le principe qu’à la maison notamment, mais aussi à l’Aide sociale à l‘enfance, il fallait recueillir son avis sur toutes questions importantes le concernant. Donner son avis ne veut pas dire décider. C’est ainsi qu’avec de  fortes résistances a été admis en 2007 le droit de l’enfant à être entendu par son juge quand il en fait la demande … quitte à ce que le juge le fasse auditionner par un spécialiste, ce que l’on doit tenir pour contraire à l’article 12 de la Convention internationale relative aux droits des enfants de ratifiée par la France qui garantit le droit de l’enfant à s’exprimer. [2]

Exercer ses droits

L’enfant s’est vu reconnaître le droit d’agir seul dans certains cas, donc exercer ses droits et libertés. Ainsi il peut porter plainte au commissariat contre ceux qui, par exemple, l’auraient violenté ou volé. Même si cela est préférable, il n’a pas à être accompagné d’un adulte. Il a le droit de saisir un juge des enfants pour demander protection ; il peut même se choisir un avocat et se présenter avec lui au tribunal. Il  suffit qu’il soit doué de discernement sachant qu’on estime en France qu’un enfant de 7-8 ans, parfois moins, est doué du discernement. Il peut accéder à la contraception d’une manière libre, gratuite et anonyme (loi Neuwirth).La jeune fille enceinte qui souhaite garder son enfant le peut, mais elle peut aussi interrompre sa grossesse. Elle exprimera alors  sa volonté hors la présence de tout adulte, mais devra recueillir l’accord d’un parent ou désormais être accompagnée d’une tierce personne adulte de son choix.

Plus largement, quoiqu’incapable par principe de contracter l’enfant peut accomplir les actes usuels de la vie courante. Ainsi il peut faire des achats. Toutefois, avant de lui vendre quelque chose, le vendeur devra tenir compte de son âge et de sa personnalité. Sinon il s’expose à la résiliation de la vente et des poursuites pénales pour avoir abusé de la faiblesse de son jeune client.

Sait-on qu’un enfant peut interdire à ses parents d’accéder à son dossier médical (loi Kouchner du 4 mars 2002) ? Le médecin lui doit come à toute personne le respect du secret professionnel, y compris sur le fait même de la consultation elle-même, sauf si le diagnostic vital est engagé, auquel cas l’assistance à personne en danger l’emporte sur la confidentialité.

Si la Convention internationale sur les droits de l’enfant de 1989 n’est pas à l’origine de l’affirmation des droits de l’enfant, il faut reconnaître qu’elle a conforté la tendance et ouvert quelques nouvelles perspectives en passant de l’implicite à l’explicite. Ainsi elle reconnaît (art. 14) la liberté de pensée de l’enfant et tout logiquement sa liberté de conscience, celle de croire, mais aussi de ne pas croire. Il doit pouvoir pratiquer le culte de son choix. Le traité lui reconnait également la liberté d’expression individuelle (art. 13) et collective – la liberté d’association ou le droit de manifester – dès lors qu’il ne trouble pas l’ordre public et ne porte pas atteinte aux droits des autres (art. 15). Comme à tout un chacun !

Mais soyons lucides : il demeure une marge de manœuvre pour améliorer le statut des enfants de France. [3] Par exemple les garantir d’avoir un père et une mère au regard du droit quand trop d’enfants sont orphelins de père du fait du comportement des adultes qui n’assument pas leurs responsabilités ! L’enfant abandonné ou né de procréation médicalement a plus facilement aujourd’hui la connaissance de ses origines  [4] ; pour autant il n’a pas le droit de voir sa double filiation établie au nom  du droit des adultes : ses géniteurs en ont la maitrise. Notre droit reste adultocentré.

Bref, plus que jamais on peut dire que l’enfant à une capacité juridique réelle, mais limitée. Il n’est pas qu’un être fragile qu’on protège contre lui-même et contre autrui. Il est sujet de droits et il n’est pas seulement objet ! L’enfant est une personne et comme toute personne il doit certes être respecté dans son corps, mais il se voit reconnaître les libertés fondamentales et il peut être l’acteur de sa vie, et d’autant plus qu’il se rapproche de la majorité.

A ces droits répondent des obligations, sinon des devoirs et des responsabilités.

Obéissance et respect

Depuis Napoléon « A tout âge, l’enfant, doit honneur et respect à ses parents »  ; a fortiori l’enfant mineur (art. 371 code civil) [5]

Il a le devoir d’obéir à ses parents et à ceux qui en reçoivent délégation enseignants, éducateurs ou membres de la famille élargie notamment grands-parents ou beaux-parents [6] . Ainsi il doit demeurer au domicile familial et n’est autorisé à en sortir que par ses parents ou quand cela se présente dans le lieu fixé par les parents

On l’a dit les parents ont un pouvoir de correction qui peut les conduire à la contrainte, mais plus à la violence. Seuls les parents peuvent exercer des violences légères à son égard ; pas un professeur, pas le maire ! l’interdiction du recours aux violences ordinaires (gifles, fessées) n’est pas sanctionnée pénalement. Il s’agissait de fixer un cap ?.

Responsable

En tous cas l’enfant peut engager sa responsabilité pour les actes qu’il pose. Laissons la responsabilité morale qui vaut pour tout individu pour nous concentrer sur la responsabilité juridique.

Disciplinairement

C’est déjà une responsabilité disciplinaire. Bien évidemment, comme tout un chacun, l’enfant encourt des sanctions à la maison, mais encore sur son lieu de travail, en l’espèce, l’école pour les plus jeunes.

L’enfant qui cause un préjudice est tenu de le réparer.  Bien évidemment comme il est généralement dans l’impossibilité d’indemniser personnellement la victime, faute de moyens financiers, ses parents, même s’ils n’ont pas commis de faute personnelle et directe, seront tenus solidairement avec lui et, en vérité, la victime se tournera vers eux. Ils ont alors intérêt à disposer d’une bonne assurance. Désormais [7] l’enfant constitue en quelque sorte un risque pour ses parents ou l’institution qui l’héberge. Peu importe que l’enfant vive sous son toit, le parent juridique devra sa garantie à la victime. Peu importe que le fait commis par l’enfant soit volontaire ou non, constitue ou non une infraction. Et ici, force est de constater que l’assurance parentale n’est toujours pas obligatoire. [8]

Concrètement un enfant de 4 ans qui crève involontairement l’œil de son camarade de jeu est tenu pour civilement responsable et ses parents sont tenus d’indemniser la victime du simple fait qu’ils sont ses parents sauf cas de force majeure ou partage de responsabilité avec la victime. S’ils ne le font pas la victime sera en droit de se retourner plus tard contre l’auteur quand il disposera de ressources.

Rendre des comptes pénalement

L’enfant peut aussi très tôt engager sa responsabilité pénale.  Jusqu’au code de justice pénale des mineurs entré en vigueur au 30 septembre 2021 aucun texte ne fixait un âge d’engagement de la responsabilité  de l’enfant. On devait se référer aux grands principes juridiques qui exige l’intention pour qu’une infraction soit cristallisée. Quid pour l’enfant ? Faute de seuil préfixe on était renvoyé à la subjectivité. Dès 7-8 ans, on pouvait lui reconnaitre ce discernement, c‘est-à-dire la capacité à apprécier le bien et le mal, l’interdit du légal, d’avoir voulu telle attitude, d’être au moment des faits apte à comprendre le sens de la procédure pénale dont pourrait faire l’objet.

Désormais, pour repondre à la CIDE, la loi française fixe un seuil d’âge sous lequel l’enfant est réputé non discernant (art. 11-1 CJPM). On saluera l’avancée sauf que cette présomption n’est que relative et que le parquet – éventuellement suivi par la juridiction -, pourra estimer qu’avant 13 ans le discernement était acquis. Il pourra s’appuyer sur des expertises, mais plus communément sur les circonstances de l’espèce, en d’autres termes porter une appréciation très subjective. De telle sorte qu’en vérité rien ne change véritablement pour les moins de 13 ans :  on retrouvera au final, en pratique, ce seuil  subjectif des 7/8 ans. Tout au plus revient-il dorénavant au parquet d’apporter la preuve du discernement pour combattre la  présomption quand jusqu’à présent on pensait le discernement acquis  à l’âge de raison. [9] L’objectivoité veut de constater une baisse singulière des poursuites visant des moins de13 ans avec le CJPM.

La loi interdit avant 13 ans le prononcé d’une peine (art. L 13-4 CJPM), mais on pourra lui infliger une mesure éducative comme le placement en institution jusqu’à sa majorité (art. L 11-3 CJPM). Il aura un casier judiciaire. [10]

A tout âge, un enfant peut être conduit au commissariat comme témoin d’une affaire  pénale, a fortiori comme mis en cause mais il ne doit pas y séjourner au-delà de son audition. A 10 ans où il pourra placé en retenue [11] pour une durée de 12 h renouvelable une fois.

A 13 ans au jour des faits, il encourt donc une peine de prison. Ce risque n’est pas théorique. Environ 5000 peines de prison ferme et 15 000 peines de prison avec sursis simple ou sursis mise à l’épreuve sont prononcées chaque année. Aujourd’hui quelques 700 personnes de moins de 18 ans sont incarcérés – pour quelques 800 voici trois ou quatre ans – dont une large majorité en détention provisoire. 250 environ ont moins de 16 ans. Du fait de l’excuse atténuante de responsabilité prévue par la loi il encourt – une peine moitié moindre ampleur que celle prévue pour un adulte, non compris le jeu des circonstances atténuantes.

Il peut perdre  ce bénéfice à partir de 16 ans. Il encourt alors quand même 1 an et demi de prison pour un vol simple, 2 ans et demi s’il bouscule la victime, 3 ans et demi s’ils sont deux pour ce faire et 5 ans si tout cela se produit dans la cour de l’école ! Jusqu’en 2016 un mineur encourait la réclusion criminelle si, âgé de 16 ans, il avait commis un crime aggravé. Depuis 2016 la peine maximale est de 30 ans dès lors qu’on lui retire le bénéfice d’excuse atténuante de minorité.

Des droits donc, mais on le voit aussi des obligations comme celle de réparer ou de rendre des comptes à la hauteur de sa capacité à comprendre avec des sanctions qui peuvent être lourdes, parfois plus lourdes que celles prononcées contre des adultes co-auteurs ou complices.

Globalement notre droit est équilibré. Il prend en compte les étapes qui amènent l’enfant vers la maturité. Il ne faudrait pas remettre en cause ces équilibres qui se sont construits sur la durée, sauf comme nous le proposions en 2014 dans le rapport remis à sa demande à la ministre de la famille [12] à faire en sorte que le statut civil de l’enfant colle avec son statut pénal. Ainsi il est anormal qu’un jeune de 16 ans puisse être condamné à une peine criminelle lourde, mais ne jouisse pas du droit de demander son émancipation. Nous proposions que le statut civil comme le statut pénal soit scandé par des étapes  avec la représentation, puis l’assistance des parents autant de temps d’une avancée vers l’autonomie juridique : l’infans non discernant, l’âge de raison et l’accès au discernement, les 13 ans où il peut s’opposer après consultation, 16 ans où il agit sous contrôle parental a posteriori des actes, avant de voler pleinement de ses propres ailes.

Ne nous payons pas de mots : attention à tous ceux qui avancent l’intérêt supérieur de l’enfant pour afficher leur prise en considération de l’enfant. C’est souvent pour mieux camoufler leurs turpitudes. Par exemple, l’enfant a le droit de n’être pas séparé de ses frères et sœurs, sauf si son intérêt le requiert ;  l’enfant doit être entendu par son juge, sauf si son intérêt si oppose, etc.

Notre société demeure bien adultocentrée avec une conception très paternaliste ou protectrice des enfants. On est loin du pays où l’enfant est roi. [13] Il n’existera jamais de définition de l’intérêt de l’enfant, tout au plus de ses besoins à tel âge et en telle circonstance. A fortiori est-on en peine de dire ce qu’est l’intérêt supérieur de l’enfant : supérieur à tout autre ou supérieur par-delà l’instant présent comme le laisse à penser la CIDE. Prendre en considération l’intérêt de l’enfant, oblige avant de décider celui qui est en responsabilité à respecter une certaine démarche en se posant une série de questions en y répondant vu du côté de l’enfant. Et bien évidemment il lui revient déjà de recueillir le point de vue de l’enfant sur tout ce qui le concerne. Quitte parfois à passer outre et dans d’autres circonstances où la loi lui reconnait un droit de veto de respecter le point de vue exprimé

Reste l’essentiel : le premier des droits est bien celui de connaitre ses droits. Et là le bât blesse. Les enfants ignorent leurs droits, mais parce que déjà les adultes que les environnent les ignorent .

Il faut donc mieux informer les plus jeunes, mais d’abord les adultes, sur le statut fait aux enfants dans notre pays, chacun ayant tendance à faire sa propre loi et de fonctionner à l‘idée qu’i s’en fait. [14]

Malheureusement cela ne suffit toujours pas ; ici comme ailleurs un fossé trop important subsiste entre les droits formels affichés et les droits réels au quotidien. Plus que jamais qu’il convient de le réduire, sinon de l’effacer. Les illustrations ne manquent pas. Ainsi quand la CIDE affirme le droit des enfants à disposer d’un revenu décent, nous comptons 3 millions d’enfants pauvres ; quand nous affirmons le droit à l’éducation nombre d’enfants porteurs de handicap ne sont toujours pas scolarisés malgré les efforts développés. Et ne parlons pas du droit d’accès aux loisirs à la culture ou aux sports. On multiplierait les illustrations.

On n’en retiendra que des violences sexuelles fait aux enfants dans les familles, mais aussi dans les institutions encore faites aux enfants. 5 millions et demi de français sur 67 millions que compte le pays affirment à l’INSERM avoir été victimes de violence sexuelles comme enfant dont 3 millions en famille. Ces chiffres à eux seuls parlent plus que de grands discours. Nous avons amélioré notre outil juridique et notre dispositif de protection, ouvert les yeux et débouché les oreilles, sensibilisé l’opinion et les professionnels, formé les uns et les autres, veillé à mieux recueillir les restons loin du compte. L’enfant comme la femme demeurent exploités du fait de leur faiblesse réelle ou supposée. Il faut s’attacher désormais à combattre la violence par la promotion du respect de la personne. On peut faire preuve d’autorité avec un enfant – et cela est nécessaire- sans violence. On ne doit pas lever la main sur son conjoint. Y succomber signifie qu’on ne le respecte plus, le supporter signifie qu’on n’est pas respecté.

L’accès aux droits est donc aujourd’hui la question majeure. Il faut certes informer les enfants sur leurs droits, mais aussi les accompagner dans l’exercice de leur droit quand cela est nécessaires. Avocats et administrateurs ad hoc peuvent ici jouer un rôle … si on en réunit les moyens humains donc financiers.

Il est évident que le sort fait aux enfants de France est souvent bien plus enviable que sur la plupart des continents. Pour autant on reste loin du compte. Le Comité des droits de l’enfant de l’ONU nous le rappelle régulièrement. Et encore en 2023.

Les résistances à une meilleure prise en considération des droits des enfants demeurent importantes. A preuve la difficulté pour le parlement à admettre en 2018 qu’il fallait voter une loi interdisant  sous peines criminelles les relations sexuelles d’un adulte avec un mineur de 15 ans quelles qu’aient été les circonstances de cette relation. Devant l’impossibilité de poser une présomption absolue de non- consentement pour le jeune de moins de 15 ans pour retenir le viol, on se contenta d’une présomption simple ; on augmenta les peines du délit au point où on incitait plus que jamais à correctionnaliser ces faits. Bref on était loin de la réponse claire et ferme promise en 2017 par le gouvernement après que deux jeunes enfants, toutes deux âgées de 11 ans, aient subi à Pontoise et Melun des relations sexuelles complètes de la part de deux adultes, Il fallut que ce texte eu démontrer son inadéquation – procès à Versailles en 2020 d’une adolescente violée par des pompiers –  pour qu’on quitte en 2021 le terrain piégé du consentement de l’enfant pour être sur celui de l’interdit posé à l’adulte de toucher à l’enfant : c‘est désormais un crime. [15]

On comprend donc que  comme juriste et citoyen on a de quoi réagir quand on entend d’abord de parler des devoirs – non scolaires – des enfants.

15 janvier 2024

Jean Pierre Rosenczveig

[1] Il est régulièrement proposé d’abaisser le droit de vote à 16 ans

[2] La CIDE en 100 questions, JP Rosenczveig, L’Harmattan, 2019

[3] Conf. les quatre premiers rapports du Comité des droits de l’enfant de l’ONU ou le rapport annuel  du Défenseur des enfants

[4]   Lois de 2001 et de 2021

[5] Nous proposons une formule plus moderne : « Enfants et parents se doivent réciproquement respect et solidarité »,formule intégrés en 2014 dans la loi API adoptée à l’Assemblée, mais qui jusqu’à présent n’a pas franchi la porte du Sénat

[6] J’ai déjà dit ici 1000 fois qu’il conviendrait que les beaux-parents se voient reconnaître par la loi le droit de se faire obéir des enfants qu’ils élèvent pour les actes de la vie courante. N peut avancer «  Celui qui a vit légalement et habituellement avec un enfant est en droit et en devoir d’exercer à son  égard les actes de la vie courante »

[7] Cour de Cassation. Arrêt Bertrand 19 février 1997

http://droit.wester.ouisse.free.fr/pages/support_responsabilite/RDautrui11.htm

[8] Code des assurances L 121-2. L’assurance  chef de famille  est souvent incluse dans l’assurance habitations

[9] On a vu des jeunes filles de 14 et 16 ans être déclarées non discernantes au moment des faits !

[10] . A 10 ans, depuis 2002, on pouvait même prononcer des sanctions éducatives comme l’interdiction de fréquenter tel lieu ou telle personne, posséder tel bien ou l’obliger à faire telle chose (suivre une psychothérapie, aller à l’école etc.). Ce dispositif a disparu en 2021, ces sanctions éducatives réintégrant le registre  des peines.

[11] Comme à l’école ! cela ne s’invente pas

[12] « De nouveaux droits pour les enfants ? Oui dans l’intérêt de la démocratie », janvier 2014, président JP Rosenczveig, rapporteurs D. Youf et F. Capelier

[13] Voir P. Verdier, in JDJ. A l’initiative des parlementaires le CJPM dans son article liminaire vise la prise en compte de l’intérêt de l’enfant, clin d’œil à la CIDE. Cette disposition de la CIDE s’est vu reconnaitre valeur constitutionnelle. Il sera intéressant de voir comment les juridicions arbitreront demain entre le droit de l’enfant l’ordre public

[14] « Le droit des enfants pour les Nuls », Ed. First, 2019

[15] On peut avec L. Rossignol penser que la resistance tenait au fait de ne pas voir des hommes accusés à tort !

se faire respecter par un enfant

Ministère du Travail de la Santé et des solidarités

solidarites.gouv.fr | Ministère du Travail, de la Santé et des Solidarités

  • Professionnels

Enfants et familles

Allocation de veuvage.

Allocation de veuvage

Le service public de la petite enfance : garantir un accueil de qualité à tous les enfants et leurs familles

se faire respecter par un enfant

Ce qui change au 1er janvier 2024

Ce qui change le 1er janvier 2024

LFSS 2024 : décision du Conseil constitutionnel

Le Conseil constitutionnel valide la loi de financement de la sécurité sociale pour 2024

Plan d’action contre la précarité alimentaire

Plan d’action de transformation de l’aide alimentaire et de la lutte contre la précarité alimentaire

Prime de fin d'année pour 2,2 millions de ménages

Prime de Noël pour les foyers modestes

Opération « Un jouet pour tous à Noël »

Opération un jouet pour tous à Noël

Infirmier puériculteur (IP)

Visuel d'une infirmière puéricultrice (IP)

Découvrez les métiers de la petite enfance

Les métiers de la petite enfance nous font grandir

Accompagnant éducatif petite enfance (AEPE)

Visuel d'une accompagnante éducative petite enfance (AEPE)

Éducateur de jeunes enfants (EJE)

Visuel d'un éducateur de jeunes enfants (EJE)

Assistant maternel (AM)

Assistant maternel (AM)

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

  • Dailymotion

10 façons de vous faire obéir par les tout-petits

se faire obéir sans crier

Astuce 1 : déculpabilisez ! Vous n'avez rien à faire pour être aimé

En voulant remplacer autorité par séduction, de nombreux parents oublient que leurs enfants les aiment quoi qu'il arrive. Exit donc, la culpabilisation incessante d'être un/une "bourreau" quand une sanction est prononcée pour cause de bêtise. Se débarasser du sentiment de ne plus être aimé est impératif pour continuer à appliquer les règles quand c'est nécessaire.

Astuce 2 : comprenez le jeu de l'opposition

A 2 ans, votre petit s'oppose systématiquement à tout , qu'il s'agisse d'aller se brosser les dents ou de manger son petit-déjeuner. Véritable déclaration d'indépendance, le "non" lui permet surtout de tester vos limites... Et cela a bien naturellement le don de mettre vos nerfs à rude épreuve ! Pour parer aux éventuelles crises, Anne Bacus n'a qu'un conseil à donner aux parents :  relativiser en gardant à l'esprit que ce n'est qu'une phase , et que cette opposition systématique passera bien vite. En revanche, il est important de ne pas céder et d'avoir le dernier mot, car vous êtes le chef de la maison ! Quelques fois seulement, pour préserver l'estime de votre loulou, vous pouvez lâcher prise.

Astuce 3 : évitez de dire "non" tout le temps

Rien de plus énervant que d'asséner à longueur de journée "non" à son enfant. Non pour les bonbons à outrance, non pour embêter le petit frère ou la petite sœur... d'une part, c'est fatiguant pour l'enfant curieux qui comprend qu'il ne peut rien faire ; d'autre part, pour le parent qui a souvent l'impression d'être un bourreau  ! Pour contourner ce mot négatif, apprenez à interdire différemment . Anne Bacus préconise ainsi :

- d'utiliser le regard désapprobateur ou bien des onomatopées comme "tss tss..." ou "hep !" . - d'offrir une alternative en positivant votre message : " Laisse le jouet de ton frère et joue plutôt avec le tien " au lieu de " non, ne touche pas au jouet de ton frère ".  - de questionner votre enfant au lieu de le rabrouer, par exemple "Tu crois vraiment que c'est une bonne idée de faire ça ?".

Astuce 4 : utilisez l'horloge comme alliée

Alliée de taille insoupçonnée : la montre ! "L'utilisation de l'horloge stimule l'enfant à réaliser ce qu'on lui demande en un temps record", explique Anne Bacus. Ainsi, quand vous désirez que quelque chose soit fait par votre enfant, et qu'il rechigne à s'y mettre, veillez à utiliser les petites et grandes aiguilles . Par exemple, si vous souhaitez qu'il range sa chambre, montrez-lui l'heure qu'il est et dites-lui "Voyons voir si tu es capable de ranger tes affaires avant que la grande aiguille atteigne tel chiffre". Motivé votre p'tit bout réalisera en un temps record votre mission !  

Astuce 5 : parents, mettez-vous d'accord !

Rien de pire que de désavouer son conjoint devant les enfants en cas de désaccord à propos de l'éducation . "Il est beaucoup plus simple et efficace de parler d'une seule voix afin de ne pas discréditer l'autre parent aux yeux de l'enfant", explique Anne Bacus.  Il ne faut ainsi jamais mettre le petit dans une position d'arbitre car il pourrait perdre ses repères et faire ce que bon lui semble, en jouant notamment sur les divergences de points de vue de ses parents.

Laissez le premier adulte qui découvre la "bêtise" de son enfant décider de la sanction à appliquer est préférable. En se soutenant, le couple renforce son autorité et impose le respect.

Astuce 6 : établissez un rituel

Les bonnes habitudes doivent être instaurées le plus tôt possible. A l'aide de petits rituels de vie , l'enfant devient plus sensible aux règles qui entourent son quotidien, comme faire son lit puis prendre son petit-déjeuner ou encore aller au pot avant d'aller se coucher... Pour Anne Bacus, un mot d'ordre à adopter : être rigoureux dès les premières années de l'enfant. Veillez à ne rien lâcher dans un premier temps. Cette obstination sera profitable sur le long terme puisque loulou appliquera un jour, de lui-même, ces petits rituels sécurisants !

Astuce 7 : parlez de la bonne manière

Edicter des règles de conduite à un tout petit peut vite tourner au cauchemar... Pour éviter qu'il désobéisse après un énième sermon , parlez clairement ! Prenez le temps de vous mettre à sa hauteur afin de lui parler face à face et faites en sorte de ne formuler qu'une seule phrase, simple, nette et précise, contenant toutes vos directives.

Demandez-lui ensuite de répéter à haute voix la règle pour vous assurer qu'il a tout bien compris. S'il parle fort et crie, baissez la tonalité de votre voix, il sera ainsi mieux à même de vous écouter et de se calmer. Enfin, n'hésitez pas à prendre la voix du "boss" pour qu'il comprenne qu'il doit instantanément obéir.

Astuce 8 : concentrez-vous sur le positif

Les enfants, comme les adultes d'ailleurs, sont généralement sensibles aux compliments et font en sorte d'en recevoir toujours plus en ayant la "bonne attitude". Certes, votre loulou peut vous agacer et chercher à tester vos limites jusqu'à saturation. Pourtant, mettre l'accent sur les bonnes actions qu'il a réalisé dans la journée est essentiel pour le valoriser. Trop de blâmes peuvent conduire le petit à considérer qu'il n'est jamais à la hauteur, et cela affecterait durablement sa confiance en lui...

Astuce 9 : offrez-lui le choix

Laisser l'enfant choisir certaines choses lui permet de se sentir concerné par les décisions de la famille. Mais attention tout de même à lui proposer un éventail de choix "fermé" . Par exemple, au moment du choix du dessert, au lieu de lui demander ce qu'il désire, vous pouvez lui dire "Un yaourt ou un fruit ?". Vous lui proposez ainsi de faire un choix "maîtrisé". 

Astuce 10 : respectez vos propres limites

Pour continuer à maintenir des relations stables et riches avec son enfant, il faut aussi prendre soin de soi et respecter ses limites. Si chouchou vous pousse trop fréquemment à bout, vous pourrez être amenée à dire des choses que vous ne penserez pas. Quand le point de rupture est proche , Anne Bacus conseille aux parents de quitter provisoirement le terrain et d'aller s'aérer la tête en déléguant leurs enfants un moment à un proche. Accepter ses limites c'est aussi ça, être parent ! La totalité des conseils d'Anne Bacus se retrouvent dans son livre

  • Les punitions sont-elles nécessaires à l’éducation d’un enfant ?
  • 4 conseils simples et concrets pour appliquer l’éducation positive

La Newsletter Enfant

Votre enfant grandit ! Éducation, éveil, loisirs, croissance... tous nos conseils pour accompagner votre enfant dans son développement.

La Vie Des Reines

Mon mot ne fait pas loi avec mes enfants !

Mon mot ne fait pas loi avec mes enfants !

Je veux que mes enfants apprennent qu’il est sain de remettre en question les choses et de ne pas toujours être d’accord.

En fait, je veux qu’ils pensent par eux-mêmes !

Cela signifie que je dois leur montrer la voie !

D’ailleurs, il est extrêmement dangereux pour un enfant de suivre et d’obéir aveuglément ses parents.

Même s’il est généralement important que les enfants respectent et écoutent leurs parents, cela crée beaucoup de problèmes.

  • Développement de la pensée critique

L’obéissance aveugle entrave le développement de l’esprit critique.

En revanche, encourager les enfants à poser des questions, à analyser et à comprendre les raisons qui sous-tendent les règles ou les décisions les aide à développer d’importantes capacités cognitives.

  • Autonomie et indépendance

L’obéissance aveugle étouffe le sens de l’autonomie et de l’indépendance d’un enfant.

Il est essentiel que les enfants apprennent à prendre des décisions, à résoudre des problèmes et à assumer la responsabilité de leurs actes.

  • Individualité et valeurs personnelles

Chaque enfant est un individu unique avec ses propres pensées, sentiments et valeurs.

Suivre aveuglément les instructions parentales sans poser de questions l’empêche de découvrir et de développer ses propres croyances et valeurs.

  • Compétences en matière de communication

Encourager une communication ouverte entre les parents et les enfants favorise une relation parent-enfant saine.

Les enfants doivent se sentir à l’aise pour exprimer leurs pensées et leurs préoccupations, ce qui les aide à acquérir des compétences de communication efficaces.

  • Préparation au monde réel

Dans le monde extérieur, les enfants devront prendre des décisions par eux-mêmes.

En leur apprenant à faire preuve d’esprit critique et à faire des choix éclairés, on les prépare à relever les défis et à assumer les responsabilités qui leur incomberont à mesure qu’ils grandiront.

  • Développement éthique et moral

L’obéissance aveugle ne favorise pas le développement du raisonnement éthique et moral d’un enfant.

Comprendre les raisons qui sous-tendent les règles et les décisions aide les enfants à intérioriser les valeurs et les principes plutôt que de les suivre de l’extérieur.

  • Flexibilité et adaptabilité

Apprendre aux enfants à faire preuve d’esprit critique leur permet de s’adapter à différentes situations et de prendre des décisions en fonction de l’évolution des circonstances.

L’obéissance aveugle peut ne pas leur donner la flexibilité nécessaire pour naviguer dans les complexités de la vie.

  • Résilience

Encourager les enfants à comprendre et à affronter les conséquences de leurs décisions favorise la résilience.

Les protéger de tous les défis en leur imposant une obéissance aveugle risque d’entraver leur capacité à faire face à l’adversité.

Si vous forcez vos enfants à toujours vous obéir sans poser de question, ils ne sauront pas reconnaître les gens toxiques.

Ainsi, ils pourraient faire confiance aux mauvaises personnes et se retrouver dans des situations dangereuses.

Alors, comment en tant que maman, puis-je aider mes enfants à être indépendants ?

Comment puis-je leur instaurer l’esprit critique ?

1. Je m’excuse quand j’ai tort

En tant que maman, vous n’êtes pas supérieure à vos enfants.

Mais votre expérience de vie, vos propres erreurs et votre rôle de parent vous donnent un avantage.

Vous pouvez guider votre enfant, mais cela ne signifie pas que vous ne faites jamais d’erreurs.

N’oublions pas que vous n’êtes pas parfaite et que vos enfants ont le droit de vous entendre vous excuser.

Ceci est important pour plusieurs raisons :

  • Modèle de comportement

Lorsque les parents s’excusent pour leurs erreurs, ils donnent l’exemple de la responsabilité et de l’humilité.

C’est un exemple positif pour les enfants, qui apprennent qu’il n’y a pas de mal à faire des erreurs, à condition d’en assumer la responsabilité.

  • Instaurer la confiance

Lorsque les parents reconnaissent leurs erreurs et s’excusent, la confiance s’installe dans la relation parent-enfant.

Les enfants sont plus enclins à faire confiance à leurs parents et à les respecter lorsqu’ils les voient admettre leurs erreurs et faire amende honorable.

  • Enseigner la responsabilité

En s’excusant, les enfants apprennent qu’il est important d’être responsable de ses actes.

Cela renforce l’idée que chacun, y compris les parents, est responsable de son comportement et de l’impact qu’il a sur les autres.

  • Promouvoir une communication ouverte

Quand les parents admettent leurs erreurs, cela encourage les enfants à exprimer leurs pensées et leurs sentiments.

Ce dialogue ouvert est essentiel à une relation parent-enfant saine.

  • Mettre l’accent sur l’empathie

Présenter des excuses nécessite de comprendre et d’avoir de l’empathie pour la façon dont les actions d’une personne ont pu affecter les autres.

En s’excusant, les parents font preuve d’empathie envers leurs enfants et leur apprennent à tenir compte des sentiments des autres dans leurs propres actions.

2. Je leur apprends ce qu’ils doivent attendre des autres

Quel comportement est toxique ?

Quel traitement doivent-ils refuser d’accepter ?

Il est normal de faire des erreurs, mais les excuses ne suffisent pas.

Les gens doivent leur prouver qu’ils sont dignes de confiance.

De plus, ils doivent savoir comment poser leurs limites et les faire respecter.

Apprendre aux enfants ce qu’ils doivent attendre des autres et comment fixer et communiquer des limites est essentiel pour leur développement social et émotionnel.

Voici plusieurs raisons pour lesquelles les parents devraient inculquer ces leçons à leurs enfants :

  • Sécurité
  • Autonomisation
  • Relations saines
  • Respect de soi
  • Respect des autres
  • Résolution des conflits
  • Préparation à la vie adulte
  • Prévenir l’exploitation
  • Régulation émotionnelle

Enseigner aux enfants les attentes et les limites est un processus continu qui implique la communication, la modélisation et l’orientation.

  • Une communication ouverte

Encouragez les questions : créez un environnement où les enfants se sentent à l’aise pour poser des questions sur les attentes et les limites sociales.

Écoutez activement : prêtez attention aux préoccupations et aux pensées de votre enfant, et validez ses sentiments.

  • Montrez l’exemple

Fixez des limites saines : faites preuve de limites saines dans vos propres relations et interactions.

Communiquez vos limites : exprimez vos propres limites et attentes de manière claire et respectueuse.

Enseignez ce qu’est l’espace personnel : expliquez le concept d’espace personnel et aidez les enfants à comprendre que chacun a un niveau de confort différent en ce qui concerne la proximité physique.

Respectez les biens d’autrui : apprenez aux enfants à respecter les biens et l’espace personnel des autres, tant à la maison que dans les contextes sociaux.

  • Discutez du consentement

Enseignez ce qu’est le consentement : insistez sur le fait que chacun a le droit de dire « non ».

  • Établissez des règles familiales

Fixer des attentes claires : établissez des règles et des attentes claires au sein de la famille, en expliquant les raisons qui les motivent.

Permettez la prise de décision : permettez progressivement aux enfants de prendre des décisions adaptées à leur âge, afin de favoriser leur indépendance et leur sens des responsabilités.

Conséquences et responsabilité : enseignez aux enfants les conséquences de leurs actes et l’importance d’assumer la responsabilité de leurs choix.

3. Je ne punis pas mes enfants pour leurs erreurs

Si la discipline est un aspect essentiel de l’éducation des enfants, il est de plus en plus admis que les mesures punitives ne sont pas toujours le moyen le plus efficace ou le plus constructif de remédier aux erreurs commises par un enfant.

En effet, elles érodent la confiance entre le parent et l’enfant.

L’enfant hésite alors à partager ses pensées et ses sentiments ou craint une réaction négative, ce qui entrave le développement d’une relation parent-enfant saine.

De plus, une punition sévère décourage une communication ouverte.

Les enfants peuvent être moins enclins à exprimer leurs erreurs ou leurs préoccupations s’ils craignent des conséquences graves.

Or, encourager le dialogue permet aux parents de mieux comprendre les problèmes sous-jacents et de les résoudre ensemble.

Le renforcement positif tend à être plus efficace pour promouvoir un comportement souhaitable que les mesures punitives.

En effet, encourager et récompenser les comportements positifs aide les enfants à comprendre ce que l’on attend d’eux et les motive à répéter ces comportements.

Plutôt que d’inspirer la peur par la punition, les parents peuvent se concentrer sur l’enseignement de la responsabilité.

Discuter des conséquences des actes et impliquer les enfants dans la résolution des problèmes les aide à comprendre l’impact de leur comportement sur eux-mêmes et sur les autres.

Finalement, au lieu de punir, les parents peuvent aider leurs enfants à acquérir des compétences en matière de résolution de problèmes.

Discuter des raisons de l’erreur et trouver ensemble des solutions permet aux enfants de mieux gérer des situations similaires à l’avenir.

4. Je leur inculque la discipline

Mon idée n’est pas de les forcer à m’écouter, mais de les aider à prendre des décisions seuls.

Certes, il n’est pas facile d’apprendre la discipline sans la lier à la punition, mais il est possible de réussir.

L’enseignement d’une discipline saine aux enfants passe par une combinaison de conseils, de renforcement positif, de communication et de fixation de limites appropriées.

  • Fixez des attentes claires
  • Pratiquez le renforcement positif : reconnaissez et félicitez les comportements positifs
  • Soyez cohérente
  • Adoptez des conséquences logiques : permettez aux enfants de faire l’expérience des conséquences naturelles ou logiques de leurs actions, le cas échéant
  • Expliquez votre raisonnement au lieu d’imposer simplement des règles
  • Encouragez la responsabilité
  • Encouragez l’expression émotionnelle
  • Proposez la résolution de problèmes
  • Enseignez l’autorégulation
  • Renforcez l’empathie

À lire aussi : La discipline est indispensable pour élever un enfant bien

se faire respecter par un enfant

Pourquoi mettre un terme à une relation peut être la meilleure chose pour vous

Il s’est avéré que le Prince charmant n’était en fait rien d’autre qu’une définition plutôt fidèle du psychopathe. Voilà ce qui t’attend si tu restes dans une relation amoureuse avec un homme toxique!

IMAGES

  1. 6 façons d'apprendre le respect à votre enfant

    se faire respecter par un enfant

  2. 16 idées de Le respect en maternelle

    se faire respecter par un enfant

  3. Enfant, savoir placer les limites au niveau du respect

    se faire respecter par un enfant

  4. Apprendre le respect à votre enfant

    se faire respecter par un enfant

  5. Comment faire pour que mon enfant respecte les consignes ?

    se faire respecter par un enfant

  6. Parents respecteux, enfants respectueux

    se faire respecter par un enfant

COMMENTS

  1. Autorité parentale : comment se faire obéir par son enfant

    Se faire respecter est l'une des bases de l'éducation d'un enfant. Les parents ont pour rôle d'éduquer et de faire grandir les plus jeunes. Cela passe parfois par de l'autorité et de...

  2. Comment se faire respecter ? 5 méthodes efficaces

    Quelques conseils pour se faire respecter par les enfants. Pour les parents, il n'y a rien de plus frustrant que d'avoir l'impression que leurs enfants ne les respectent pas. Se faire respecter par sa progéniture peut, en effet, relever par moments d'un grand défi. Deux types de comportements peuvent alors émerger :

  3. Autorité : se faire respecter par son enfant

    Une forme de vigilance nécessaire, pour savoir discerner quand le comportement de votre enfant mérite un positionnement net et ferme ou quand, au contraire, il s'agit d'un appel, d'une façon...

  4. Comment gérer des enfants qui manquent de respect

    1. Faites-lui remarquer en même temps sa mauvaise conduite. Si votre enfant vous manque de respect, vous devriez immédiatement lui parler de sa mauvaise conduite. Si vous l'ignorez, vous l'encouragez ainsi à continuer jusqu'à ce qu'il attire votre attention [1] .

  5. Discipline positive et enfant difficile

    Selon la discipline positive, il faut entrer en lien avec l'enfant avant de le corriger. Cela nécessite d'avoir une écoute de qualité, de valider ce qu'il ressent, mais aussi parfois, de prendre...

  6. Le rôle des parents : Comment se faire respecter par vos enfants

    Pour gagner le respect d'un enfant, les parents ont besoin seulement de se rappeler quelques petites choses. Pour gagner le respect, les parents doivent penser d'abord les caractéristiques qu'ils respectent dans les autres.

  7. Conseils pour se faire respecter

    Osez vous faire respecter ! de Stéphane Clerget et Bernadette Costa-Prades (Albin Michel 2010) Se respecter n'est pas seulement une question de confiance en soi, c'est la condition qui permet de vivre ensemble dans une société civilisée.

  8. Comment apprendre le respect à votre enfant

    Voici 6 conseils pour apprendre à votre enfant à respecter les autres et à se faire respecter : 1/ Aidez-le à trouver sa place parmi ses camarades. Dès leur entrée à l'école maternelle -...

  9. Mon enfant me manque de respect : Comment faire

    Respecter ton enfant, lui permettre de se faire respecter pour qui il est, est un donc un puissant boost de confiance en lui. Renforce la confiance dans votre relation L'autre avantage, c'est qu'en donnant du respect à ton enfant, cela nourrira automatiquement votre relation.

  10. Qu'est-ce que le respect ? Définition pour les enfants et 6 méthodes

    Comment apprendre le respect aux enfants. 1. Restez calme et ne réagissez pas de manière excessive lorsque vous pensez que votre enfant est irrespectueux. 2. Identifier la cause du manque de respect et se concentrer sur l'enseignement de solutions alternatives pour résoudre les problèmes. 3.

  11. pourquoi est-il si dur de se faire respecter

    « Avoir un bébé, puis un enfant, c'est devenir responsable vingt-quatre heures sur vingt-quatre, et c'est d'abord cette hyperresponsabilité qui nous pèse, affirme la psychanalyste et psychologue clinicienne Lyliane Nemet-Pier.

  12. Comment enseigner le respect aux enfants (5 façons de le faire)

    Vous pouvez dire à votre enfant que, lorsque vous montrez du respect à quelqu'un, vous : Ne crie pas et ne parle pas fort à quelqu'un d'autre qui parle. Écoutez le point de vue d'une autre personne. Suivez les règles pour montrer que vous vous souciez de la personne qui les a fixées.

  13. ⭐Comment se faire respecter par ses enfants

    Comment se faire respecter par ses enfants. Comment obtenir le respect de vos enfants. Chaque parent est un modèle pour ses enfants. Avec son exemple, il montre comment se comporter et comment effectuer de nombreuses petites actions quotidiennes.

  14. Droits des enfants : les connaître et les faire respecter

    le droit de l'enfant d'être entendu. Au texte initial ont été ajoutés 3 protocoles poussant encore plus loin la protection de nos petits. Ainsi, les enfants ne peuvent être recrutés dans le cas de guerres ou conflits armés.

  15. Mon enfant ne me respecte pas : que faire

    Enfants. Que devez-vous savoir ? Comportement des enfants. Mon enfant ne me respecte pas : que faire ? 4 minutes. Si votre enfant ne vous respecte pas, ne perdez pas espoir. Des limites claires et beaucoup de compréhension vous aideront à améliorer la situation. Tous les parents souhaitent maintenir une relation harmonieuse avec leurs enfants.

  16. Comment se faire respecter par ses enfants

    En prendre conscience est une étape nécessaire. Apprenez à vous connaitre, à vous faire confiance. Soyez ferme avec vous, respectez vos engagements pour vous apporter du respect à vous-même. Le respect des autres arrivera ensuite car vous ne tolèrerez plus ce qui vous semble inacceptable.

  17. Comment faire respecter les règles aux enfants ? (+ méthode DAC)

    Faire respecter les règles (à la maison et en dehors) Vous vous demandez comment établir des limites tout en restant justes ? Quelle posture tenir lorsqu'un enfant transgresse un interdit ? Comment faire respecter les règles de vie sans faire de menaces ?

  18. Comment respecter son enfant? Nos conseils sur le respect aux enfants

    Respecter les enfants c'est savoir avant tout que: ils ont besoin de savoir qu'ils sont aimés même s'ils ont des difficultés à l'école ou ailleurs. ils ont besoin de repos, de temps pour «ne rien faire», de temps pour rêver. Ils ont besoin de parler et d'être écoutés.

  19. Le respect entre parent et enfant

    5 minutes. Le respect entre les parents et les enfants est quelque chose de fondamental pour construire un lien solide, une relation saine et un sentiment fort capable de croître avec le temps. Cependant, le chemin pour y arriver n'est pas toujours aussi facile qu'il n'y paraît.

  20. 3 manières de se faire respecter

    1. Présentez bien. Prenez un bain ou une douche une fois par jour, ayez une apparence soignée et habillez-vous convenablement. Vos vêtements n'ont pas à être chers, mais ils doivent être lavés et en bon état. Prenez soin de votre santé et de vos dents.

  21. Apprendre le respect à votre enfant

    Respecter les autres et se faire respecter est essentiel pour avoir une vie sociale épanouie. Si nous voulons obtenir le respect de soi, il faut d'abord commencer par le respect des autres. Apprendre la tolérance, la confiance et l'écoute à nos enfants, s'applique dès leur plus jeune âge.

  22. Pourquoi et comment apprendre le respect à un enfant

    Pour apprendre le respect aux enfants, il faut les traiter avec respect. Il existe de nombreuses façons de le faire : • Montrez-lui que son avis compte : écoutez-le, demandez-lui ce qu'il pense, prenez en compte ses points de vue avant de prendre des décisions, permettez-lui de participer à la prise de décisions…

  23. 4 conseils pour inculquer à son enfant le respect de l'autre sur Internet

    Problème : les enfants ne réalisent pas toujours qu'ils peuvent blesser leurs camarades. Des propos insultants peuvent surgir par imprudence, et avoir de graves conséquences. Retrouvez 4 conseils pour apprendre à votre enfant à respecter l'autre sur Internet. 1. Aborder la notion de liberté d'expression sur les réseaux sociaux avec son ...

  24. Droits et/ou devoirs des enfants

    Il a le droit de saisir un juge des enfants pour demander protection ; il peut même se choisir un avocat et se présenter avec lui au tribunal. Il suffit qu'il soit doué de discernement ...

  25. Enfants et familles

    Le service public de la petite enfance : garantir un accueil de qualité à tous les enfants et leurs familles. Priorité du Gouvernement, la refondation de la politique d'accueil du jeune enfant a vu ses premiers jalons posés lors du précédent quinquennat : plan Rebond petite enfance, démarche des 1 000 premiers jours, réforme des ...

  26. 10 façons de vous faire obéir par les enfants

    Astuce 1 : déculpabilisez ! Vous n'avez rien à faire pour être aimé. En voulant remplacer autorité par séduction, de nombreux parents oublient que leurs enfants les aiment quoi qu'il arrive....

  27. Mon mot ne fait pas loi avec mes enfants

    En fait, je veux qu'ils pensent par eux-mêmes ! Cela signifie que je dois leur montrer la voie ! D'ailleurs, il est extrêmement dangereux pour un enfant de suivre et d'obéir aveuglément ses parents. Même s'il est généralement important que les enfants respectent et écoutent leurs parents, cela crée beaucoup de problèmes.